Next Stop Soweto vol.3 – Giants, Ministers & Makers: Jazz In South Africa 1963-1984

next180Album
(Strut)
07/07/2010
Jazz

Après deux premiers volumes d’une puissance rare, le troisième volet de la série « Next Stop Soweto » intitulé « Giants, Ministers & Makers: Jazz in South Africa 1963-1984 » arrive enfin à nos oreilles. A nouveau, cette incursion dans les archives enfouies de la musique sud-africaine – cette fois du côté du jazz et sur une période s’étendant jusqu’au début des eighties – émerveille par son avant-gardisme, malgré les conditions extrêmement difficiles de l’apartheid, marquées par la censure et les répressions acharnées dans lesquelles vivaient les musiciens de l’époque. Néanmoins, la musique comme catharsis et comme refuge reprend ses droits et continue de dégager une incroyable énergie, illustrée par ces 20 titres de jazz affichant une parenté évidente avec le funk (« Question Mark » du Allen Kwela Octet, le génial « Joy » de Spirits Rejoice, « Emakhaya » du Heshoo Beshoo Group). Le jazz sud-africain de l’époque regorge également de groove et de sensualité (« Dedication » du Quartet Mankunku, le percutant « Sangoma » par Malombo, et un coup de cœur spécial pour le titre « Howl » de The Drive, dégageant une vraie modernité qui devrait en bluffer plus d’un), de magie acoustique napée de piano aérien (« Itumeleng » de Batsumi), et de rythmes traditionnels chaloupés mêlés avec un naturel flagrant au blues (l’euphorisant « Orlando » signé Dennis Mpale). Véritable conclusion feu d’artifice d’une trilogie épatante du début à la fin, toutes les influences mbaqanga et soul des deux premiers volets se retrouvent dans ce troisième chapitre composé de deux galettes pleines d’âme et de générosité. En ces temps de Coupe du Monde, on troquerait volontiers les effusions de vuzuzelas contre des sonos amplifiées gorgées de ces délicieux sons du patrimoine culturel sud-africain… Quoiqu’il en soit, « Next Stop Soweto » est une collection à s’offrir les yeux fermés et à faire tourner en boucle pour s’imprégner de toutes ses richesses.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire