Mr Day – « Dry Up In The Sun »

day180Album
(Favorite Recordings)
17/04/2012
Post soul

Il est des albums dont on doit raconter l’histoire avant de parler de ce qu’ils sont. Tout d’abord, Mr Day n’a qu’un projet, qu’une obsession: se rapprocher au maximum d’une notion d’art total. Sans avoir la prétention de tutoyer Wagner, il est une nouvelle preuve que la pratique musicale est un projet démesuré, hors de toutes conventions. En examinant son passé, difficile de trouver un âge où la musique ne primait pas sur le reste. Depuis plus de 20 ans, et selon les groupes en tout genre qu’il a créé, Eric Duperray est un paysagiste qui ambitionne de redessiner les frontières de la pop music. On était donc en droit d’attendre beaucoup de son nouvel album « Dry Up In The Sun ».

Si l’opus brasse une pléthore de grandes idées, il rappelle également que, des sixties à 2012, la musique reste avant tout un grand voyage. En mouvement depuis toujours, le groove du français, entre souplesse et acrobatie, accorde une grande importance à l’élégance des choses. Preuve ultime de son anachronisme: il compose à partir de techniques de production et d’enregistrement 100% analogiques (bandes magnétiques, prises live, crépitements, etc.)

On pourrait s’en tenir là, mais non. Insatisfaits et perfectionnistes que nous sommes, on a envie d’aller voir plus loin, d’élargir nos visions établies sur cet alter-ego des notes. Inspiré par la soul, brillante mais pas de mille paillettes, « Dry Up In The Sun » est un disque d’une grande finesse et d’une étonnante douceur qui orchestre les noces entre Marvin Gaye et Primal Scream, entre la reverb naturelle de la Motown et les productions riches et organiques de Madchester. On s’y croirait.

L’album a sans doute des défauts mais possède une vertu indéniable: être de l’artisanat de très bonne qualité. Parce qu’au fond, on aime fondamentalement cela, on peut le clamer haut et fort: Eric Duperray a la win. Sa soul vintage, pure et authentique est irréelle de grâce.

En écoute

En écoute intégrale

itunes16

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire