Menfolk – « Beast One/Man Nil »

men180Album
(Play/Rec)
31/05/2010
Noisy Math Rock

Puisque Menfolk est plutôt du genre bovin, il n’a pas l’habitude de mettre la charrue avant les boeufs. Après avoir mis plusieurs années à sortir son excellent premier album « Colossus« , il a de nouveau attendu cinq ans pour lui offrir une suite. Car ces quatre danois n’ont pas pour habitude de se faire dicter les choses: ils enregistrent quand ils sont prêts, produisent eux-mêmes, jouent seulement au moment opportun, pensent et même construisent une partie de leur propre matériel, et occultent totalement les concessions faites par d’autres pour draguer radios et public rock suivant les modes. Une attitude comme une approche de la musique qui n’est pas sans rappeler le grand Shellac de Steve Albini, très certainement en première ligne des influences de Menfolk tant les ressemblances sautent ici plus que jamais aux oreilles. Et pour cause, c’est Bob Weston, bassiste du trio chicagoan, qui s’est chargé du mastering, peut être le mieux placé finalement pour sublimer la seule originalité du groupe: ses deux basses omniprésentes. Ainsi, le quatuor se jette tête baissée dans un tracklisting complexe, incisif, et nerveux, ou les guitares et basses aux sons métalliques et tranchants suivent à la trace une rythmique qui ne cesse de leur jouer des tours. Beaucoup sont ceux à citer Shellac en référence, autant ont tenté de leur damer le pion, mais rares sont ceux à s’être autant approchés du graal que le combo de Copenhague. Avec cet impeccable « Beast One/Man Nil », à la qualité constante de surcroit tant chaque titre est indissociable du reste du disque, il enfonce le clou d’une scène math rock nordique en pleine effervescence et s’impose comme un des plus sérieux prétendants au trône. Après cinq ans d’absence, Menfolk fait de l’étape de confirmation un jeu d’enfant. Shellac peut mourir tranquille, mais le plus tard possible.

Disponible sur
itunes27

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire