Malachai – « Ugly Side Of Love »

mala180Album
(Double Six / Domino)
19/04/2010
70’s britishpop

Autrefois croisé sous l’identité Malakai – qu’il a du abandonner après une âpre lutte juridique contre un sombre rappeur américain – Malachai est un duo, plus que l’oeuvre du seul Gee Ealey comme veulent bien nous le faire croire les rares photos de presse qui tournent sur internet. En effet, derrière lui, le timide Scott Hendy fait volontairement le « sale boulot » en lui livrant dans un quasi anonymat la matière musicale nécessaire pour faire de cette entité une des plus sympathiques découvertes de ces dernières semaines. Et c’est Geoff Barrow de Portishead (co auteur du titre « Only For You »), véritable mentor du duo, qui le premier a flairé toute la qualité de ces deux Anglais en les signant sur son propre label Invada.

Désormais sous l’aile de l’éminent Domino, Malachai peut donc dévoiler au monde entier sa propre vision de la musique, soit une pop un brin psychédélique, volontairement seventies, qui fuit avant tout le piège d’avoir à continuellement faire appel à la même recette. Du coup, « Ugly Side Of Love » se permet autant de rapprochements avec le rock garage joué par des jamaïcains (« Warriors »), qu’avec un merseybeat – ce rock n’roll anglais des années 50 qui transpirait quelques influences d’Amérique du Sud – ici finement saupoudré de hip hop (« Fading World »). Résultat, en prenant soigneusement ses distances avec tout ce qui se fait de plus tendance sur la scène rock, Malachai se démarque finalement par son talent à faire (mieux que les autres) du neuf avec du vieux, et par sa fraicheur qui vous pète à la gueule du premier au dernier morceau.

Dès lors, chacun aura beau y aller de ses comparaisons, citer indéfiniment des torrents de références que Malachai ne reniera pas, rien enlèvera à « Ugly Side Of Love » ses pépites pop de saison qui nous accompagneront longtemps ces prochains mois: une garantie renforcée par le talent de chanteur de Gee Ealey qui, en toutes circonstances, relève les défis que son acolyte semble prendre plaisir à lui présenter. C’est évident, on aura aucun mal à enrichir notre playlist estivale des claquements de main et du riff efficace de « Shitkicker », de l’énorme tube « Snowflake » aux réminiscences rock 70, de la ballade baba cool « Another Sun », ou de la pop sulfureuse de « How Long ». En mettant le nez en plein dans ce patrimoine british pop qu’il se réapproprie à merveille, Malachai nous promet ainsi un été souriant. Et au delà de la réelle qualité de ce disque, c’est déjà amplement suffisant pour ne pas passer inaperçu.

En écoute

Disponible sur
itunes17

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire