Lykke Li – « Wounded Rhymes »

lykke180Album
(LL)
28/02/2011
Pop ingénieuse

Nous sommes fin 2007 – début 2008 pour quelques retardataires – et Lykke Li saute à pieds joints dans le monde de la pop avec « Youth Novels« , un premier album subjuguant tant il est faussement fragile, orchestré avec modération et justesse, tant il se joue des étiquettes et regorge d’idées. Tout le contraire de ce qu’on pouvait attendre d’une jeune Suédoise de vingt-deux ans dont l’expérience musicale se résumait alors à quelques danses sur des plateaux télé de son pays. Depuis, le talent de cette jolie blonde a fait tache d’huile, chaque pays succombant successivement à ses charmes pour qu’elle devienne finalement une des chanteuses les plus intéressantes et atypiques qu’on ait vu éclore ces dernières années. En 2011, alors que déboule un deuxième album forcément attendu tant il se doit de confirmer, la cote de Lykke Li est encore au plus haut, chacun attendant de sa part une nouvelle salve représentative de sa vision toute particulière d’une pop sans oeillère bien que toujours cohérente.

Pas de suspens inutile: « Wounded Rhymes », moins immédiat que son prédécesseur, tient néanmoins toutes ses promesses et s’inscrit comme une suite logique, certes prévisible mais si unique qu’elle élimine tout risque d’overdose avant l’heure. En effet, si « Youth Novels » se voyait propulsé par une poignée de tubes irrésistibles, ce nouvel opus devra quant à lui être écouté à plusieurs reprises pour que les siens – tout aussi incontestables (« I Follow Rivers » surtout) – se révèlent véritablement, et émergent d’une variété d’influences qui fait une nouvelle fois plaisir à entendre. Car l’approche de Lykke Li n’a pas dévié d’un pouce: la Suédoise se permet autant ici de tristes ballades ou elle use sans retenue de ses charmes langoureux (« Love Out Of Lust », « Silent My Song »), que quelques élans tribaux du meilleur effet qui donne cette irrépressible envie de se secouer (« Youth Knows No Pain », « Get Some »).

Plus sophistiqué que n’importe quel album mainstream croisé dans les charts internationaux, « Wounded Rhymes » n’en perd jamais de son efficacité, et transpire sans discontinuer la classe naturelle d’une Lykke Li qui, désormais, se voit ouvrir la voie d’une intronisation bien méritée parmi les voix féminines les plus en vue du moment. A tel point que même le didgeridoo qui traîne tout le long de « Jerome » ne nous renvoie pas illico à un gentil perché, assis en tailleur au beau milieu du Bush Australien. C’est dire si la demoiselle a du goût…

En écoute

Disponible sur
itunes20

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire