Low – « C’Mon »

low180Album
(Sub Pop)
11/04/2011
Slowcore

Ce n’est peut-être pas pour rien que « C’Mon » se rapproche en quelques points de « Trust ». Comme son prédécesseur de 2002, ce neuvième opus fut en effet enregistré dans une ancienne église catholique, environnement plus que favorable quand on veut offrir à ses compositions une réverbération naturelle pour amplifier leur caractère sacré. Parce qu’il ne faut pas le cacher plus longtemps: par leur son comme par l’ambiance lourde et mélancolique qu’ils contribuent tous à imposer, la majorité des titres de ce disque, parfois très proches de l’incantation (« Majesty/Magic », « Nothing But Heart »), sont tels des apparitions christiques, de magnifiques et émouvants miracles que seule l’osmose de ces trois personnages pouvait provoquer. Pourtant, Low n’a pas forcément fait les choses en grand pour y parvenir. Loin des incursions électroniques de « Drums And Guns« , il sonne live plus que jamais, et n’use pour cela ici que de simples mélodies déroulées à l’instinct, d’harmonies vocales frissonnantes, et de lignes de guitare baryton immensément efficaces car déshabillées de tout superflu. Tout au plus, le supplément d’arrangement se résume à quelques accessoires piqués à la progéniture du couple Sparhawk/Parker, comme à l’aide régulière de Nels Cline à la guitare et au lap steel. Naissent ainsi de langoureuses ballades électriques, à la fois noires et lumineuses (à l’exception du final « Something’s Turning Over »), presque plombantes parfois (le nu « $20 ») vers lesquelles on ne se surprend même plus à revenir chaque fois qu’on le peut. Qu’elles soient fortes d’un xylophone qui résonne longtemps dans la tête (« Try To Sleep »), d’un chant faussement monotone et de trois notes de guitare qui se multiplient soudainement le temps d’un break délicieux (« Witches »), d’une émotion intense (« Nightingale »), ou d’humbles et jolies cordes du Trans-Siberian Orchestra (le magnifique « Especially Me », point central du disque), toutes – liées les unes aux autres – font incontestablement de ce chaleureux et introspectif « C’Mon » une des plus accessibles et plus grandes oeuvres de Low. Pourtant loin d’être des enfants de choeur, les trois sonnent donc la messe, une contre-cérémonie pendant laquelle on ne cesse de s’agenouiller devant la beauté que peut parfois revêtir la musique. Assurément un des grands disques de cette année.

En écoute

Low – « 

1. Try To Sleep     
« 

Disponible sur
itunes14

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire