Konono n°1 – « Assume Crash Position »

kono180Album
(Crammed)
17/05/2010

Actif depuis la fin des années 60, l’orchestre congolais Konono n°1 n’a cependant été révélé sur la scène internationale qu’en 2005, à l’occasion de la sortie du premier volet de la série « Congotronics » réalisée par le belge Vincent Kenis (notamment producteur du premier album de Zap Mama), qui s’est immédiatement élevé au rang de référence incontournable de la world music. Après plus de quarante ans passés à jouer de la musique pour le seul plaisir qu’elle procure, Konono n°1 a ainsi connu un engouement planétaire, relayé par la presse mondiale la plus pointue et les plus grands artistes internationaux contemporains, de Thom Yorke à Animal Collective en passant par Beck, TV On The Radio et Herbie Hancock. Konono n°1 va même jusqu’à enregistrer en 2007 avec Björk le single « Earth Intruders », extrait de l’album « Volta » et produit par Timbaland. Un succès phénoménal incontestablement légitime et mérité, qui s’explique avant tout par la force brute qui se dégage de chaque note du combo de Kinshasa, créant lui-même ses instruments à partir de vieilles pièces de voiture et de ferrailleries en tout genre. Au milieu de cette ribambelle de percussions uniques éclate le son diablement efficace des likembés amplifiés, ces « pianos à pouces » irremplaçables qui tapissent de leur swing les huit titres de ce nouveau « Assume Crash Position ». Capharnaüm musical habillé de sifflets stridents, de chants habités et de rythmiques infatigables, le quatrième chapitre de la fresque « Congotronics » enivre jusqu’à l’épuisement, parvenant à créer un état de transe vertigineux et cathartique. De l’introductif et jovial « Wumbanzanga » au plus calme « Nokobala Lisusu Te » faisant office de parenthèse relaxante pour refermer cet album, les pistes s’enchaînent pendant une heure sans laisser une seconde de répit, preuve de la vitalité presque surhumaine du sound system congolais. Il est certes devenu presque cliché d’employer ces termes pour évoquer la musique africaine. Néanmoins, comment pourrait-on décrire autrement un disque qui met KO dès la première mesure les sonorités préformatées qui sont devenues des normes pour nos tympans? A l’écoute de ce « Assume Crash Position », on comprend ainsi mieux pourquoi Konono n°1 provoque tant de fascination chez les musiciens les plus exigeants de nos contrées occidentales. Tout simplement parce qu’il incarne une authenticité et une spontanéité artistiques constituant pour beaucoup une quête vaine.

Disponible sur
itunes

À lire ou écouter également:

,

2 réponses à Konono n°1 – « Assume Crash Position »

  1. rome-hell 2 juin 2010 à 15 h 26 min #

    t’as oublié parmi les « artistes internationaux » qui les ont mis sous les projecteurs un groupe comme The EX, aux alentours de 2002 pour leur album au titre éponyme de : Konono n°1…

    et je te claque une bise double cul

    • matthieu 2 juin 2010 à 18 h 28 min #

      Cécile, auteur de la chronique, sera ravie…

Laisser un commentaire