Kelpe – « Cambio Wechsel »

kelpe180Album
(DC Recordings)
11/11/2009
Electronica

Kel McKeown, plus connu sous le nom de Kelpe, est un des personnages les plus énigmatiques de la scène électronique, et tout ce qui peut être dit sur lui n’est souvent que suppositions. Une chose est pourtant certaine: ce Britannique qui semble flirter avec la trentaine préfère laisser sa musique parler en son nom. « Cambio Wechsel », son troisième album pour DC Recordings, ne fait pas la fine bouche, s’attèle à la tâche avec un plaisir non dissimulé, et reprend les choses là ou son géniteur les avait laissées avec l’excellent « Sea Inside Body » en 2004, puis le tout aussi incontournable « Ex Aquarium » l’an passé qui le voyait s’acoquiner avec un batteur pour encore plus marteler ses beats.

Cette fois, bien que toujours interprété en duo, « Cambio Wechsel » reprend des allures de tout machine, poursuit ses débordements hip hop et electronica, et s’inscrit parmi ces disques empreints d’une certaine nostalgie dont notre génération raffole. Sans dépayser, cette nouvelle salve vient ainsi renouveler une routine que les grands pontes du genre, le plus souvent en quête d’ailleurs, ne sont jamais vraiment parvenus à combler. Ce n’est donc pas du son nouveau qu’il faut espérer entendre tout au long de ces douze titres, mais bien un artiste capable de venir jouer des coudes dans la cour de récréation des Boards Of Canada, Dabrye, ou du Prefuse 73 d’antan, quand Herren préférait les beats assez simples, les lourdes basses, un groove chatoyant, et les mélodies d’une redoutable efficacité, plutôt que ses récentes évasions trop cérébrales.

En restant fidèle à un schéma déjà bien usé mais qu’il se plait à dépoussiérer ici, Kelpe la joue plutôt populiste, s’ouvre la porte des foyers familiaux nouvelle génération en se pliant à des sonorités douces, aquatiques, mais néanmoins variées (la couleur Europe de l’Est de « After Gold »), dont la superposition prend parfois toute son évidence quand on veut bien abuser du volume. En cela, l’entame constituée de « The Blankout Agreement », « Closed Cup Headroom », et « Eye Candy Bath », tous lancinants et aux mélodies légères, font office de dignes traits d’union entre le Kelpe de l’an passé et celui qui ouvre quelques brèches en 2009 via un recours aux beats élastiques (« Moving Picture Three », « Low Frequency Fumble »), aux sursauts rythmiques (« Microscope Contents »), et à de soudains élans pointus mais digestes (« Wind In The Windows »). Au delà de deux derniers titres sans grand intérêt, « Cambio Wechsel » pourrait donc bien offrir enfin un peu de reconnaissance à un Kelpe qui, jusque là trop discret, se présente désormais comme une belle alternative à toutes les oreilles abimées, et en quête d’une nouvelle tranquillité électronique.

Achetez sur:
itunes4

À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Kelpe – « Cambio Wechsel »

  1. Fonzi 8 janvier 2010 à 12 h 19 min #

    « …Kelpe qui, jusque là trop discret, se présente désormais comme une belle alternative à toutes les oreilles abimées, et en quête d’une nouvelle tranquillité électronique… »
    Cette phrase est parfaite pour résumer cette artiste. Sans en faire de trop, il réalise des albums très équilibré alors qu’on ne cherche plus qu’à faire dans la surenchère ou seul quelques génies s’en sorte encore (et c’est parfois limite, comme en témoigne l’évolution d’Autechre… questoin de gout évidement).
    De mon coté, je ne me lasse pas de l’album « sea inside body »…

Laisser un commentaire