Jawbox – « For Your Own Special Sweetheart »

jaw180Album
(Desoto / Dischord)
08/12/2009
Post hardcore légendaire

Il y a quinze ans, Jawbox, un des groupes qui contribuaient au même titre que Fugazi à mettre en lumière la couleur musicale Dischord, fut le premier à quitter le célèbre label indépendant et Do It Yourself de Washington DC pour s’en aller rejoindre la major Atlantic. À l’époque, l’évènement était assez rare – Helmet et Nirvana l’avaient fait avant lui – pour ne pas provoquer la foudre d’un public punk et plus généralement underground qui voyait un de ses groupes-références céder aux avances du grand capital.

Mais c’était mal connaître la bande de Jay Robbins, assez droite dans ses bottes pour y voir l’opportunité de repousser une nouvelle fois ses limites, et profiter des nouveaux moyens qui lui étaient offerts, sans perdre son indépendance, ni dénaturer son registre en tombant dans les affres des concessions mainstream. Car qu’on l’accepte ou non, c’est bien à partir de là que Jawbox a sorti ses meilleurs disques, et est devenu une des figures les plus influentes de la scène post hardcore des années 90. En effet, si « Grippe » et « Novelty » sont indispensables à sa discographie, le combo aura littéralement passé un cap avec « For Your Own Special Sweetheart », composé avant même sa signature chez Atlantic, et aujourd’hui réédité chez…Dischord et Desoto. Artwork totalement revu par Jason Farrell (Bluetip, Retisonic), remastering par Bob Weston (Shellac), les trois titres du « Savory Ep » rajoutés au tracklisting original, et la boucle est bouclée.

Formé en 1989 sur les cendres de Government Issue et Clambake, ce n’est donc qu’en 1994, avec ce disque bien calé sous le bras, que Jawbox pu enfin se consacrer entièrement à sa musique, et visiter d’innombrables pays. Déjà très peu marqué par le poids des années, cet album devenu mythique bien qu’il ne soit jamais parvenu à convaincre au-delà de la sphère indie des nineties, jouit désormais d’une production encore meilleure que par le passé. Il offre ainsi une occasion rêvée de se resservir une bonne rasade d’un rock on ne peut plus intègre et créatif pour une époque pourtant pas si lointaine. Car, sans renier ses influences hardcore adolescentes (« Breathe », « Jackpot Plus »), Jawbox s’amusait à pulvériser les codes du punk et de la pop, pour étaler un rock nouveau, réfléchi et nuancé (l’incontournable single « Savory », « Green Glass »), chaotique et incroyablement précis (« Ls-Mft »), très technique mais toujours accessible (« F=66 », « Cooling Card »). Pour preuves, ses guitares merveilleusement enchevêtrées (« Motorist »), ses mélodies aussi efficaces qu’imprévisibles, son batteur Zach Barocas qui revendiquait ouvertement des influences jazz tout en ne ménageant pas sa frappe (« Cruels Swing »).

Pour toutes ces raisons, en 1994, « For Your Own Special Sweetheart » dérangeait les oreilles formatées, accrochaient les autres autant qu’il les troublait: le propre d’un disque qui sonnait comme une petite révolution tant il conjuguait les rythmes, se dressait parfois sur une base mouvante (« Reel »), et parvenait humblement à cacher une complexité bien réelle (« 68 »). Quinze ans plus tard, et après toutes ces années passées à voir s’agglutiner des milliers de groupes médiocres et surproduits, cet album légendaire car intemporel rappelle qu’il ne faut rien de plus qu’un vrai talent pour faire briller de mille feux un line up classique. Finalement, sa nouvelle pochette est bien choisie: épuisé depuis quelques temps, il est désormais gravé dans le marbre à jamais.

En écoute:

Jawbox – « Savory »

Jawbox – « Cooling Card »

Achetez sur:
itunes6

À lire ou écouter également:

, ,

Une réponse à Jawbox – « For Your Own Special Sweetheart »

  1. ches 11 décembre 2009 à 0 h 11 min #

    A propos de cet ennnnnnorme groupe…
    http://www.youtube.com/watch?v=Vnsd9CEeSWo
    Une reformation rapide le temps d’un show télé, on peut toujours rêver pour qu’ils ne s’arrêtent pas là.

Laisser un commentaire