It It Anita – ‘It It Anita’

Ep / Honest House / 05.2014
Indie rock

Mais quand la Belgique va t-elle cesser de rappeler insolemment à ses voisins français que son rock est définitivement parmi ce qui se fait de mieux sur le Vieux Continent? Alors que les exemples fournissent déjà une liste longue comme le bras, It It Anita vient s’y ajouter le temps de cinq titres seulement, grappillant au passage quelques précieuses places dans la hiérarchie d’un Plat Pays électrique, sensible depuis toujours aux sons des années 90. Pas étonnant donc que le combo – fort de quelques expériences passées significatives – évolue à son aise tout au long de ce premier Ep éponyme pour le moins prometteur, en partie mixé par Jason Sebastian Russo, ancien bassiste de Mercury Rev. Ici, au diable la cohérence et l’homogénéité, tout est ode à cette décennie essentielle du rock. It It Anita touche à tout, laisse ressortir toute l’inspiration amassée pendant des années à écouter autant Pavement, Thee Oh Sees et Sonic Youth, que Grandaddy, Sparklehorse, et Band Of Horses. Le champ d’action est large, mais certains coins restent encore à explorer tant le combo de Liège dévoile surtout ici son penchant le plus noise, intense et dissonant, que ce soit sur l’introductif ‘G Round’ assez fort pour se passer de chant, sur un ‘Tacoma’ balancé le couteau entre les dents malgré son break salvateur, sur le punk de ‘F#’ comme hérité des premiers accords des Beastie Boys. Seule fenêtre sur un futur qui pourrait sonner tout autrement, le long et final ‘Lightning Bolts And Man Hands’ – à la boucle hypnotisante – révèle la facilité du groupe à également jouer la carte de la mélancolie, de la sensibilité et de l’émotion chère aux quelques âmes sensibles susnommées. Une façon comme une autre de nous laisser l’eau à la bouche dans l’attente du plat de résistance. C’est bon, mangez en.

aecouterenpriorite

‘G Round’, ‘Tacoma’, ‘Lightning Bolts And Man Hands’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire