Hail Mary Mallon – « Are You Gonna Eat That? »

hail180Album
(Rhymesayers)
03/05/2011
Hip hop indie

Non, le meilleur du rap indie ne s’est pas éteint à la mort de Def Jux. Poussez-le par la porte et il revient par la fenêtre! La preuve avec Hail Mary Mallon qui sort un premier album chez le très en verve Rhymesayers, après avoir déjà fait frétiller les hip hop addicts en laissant échapper un titre sur la dernière compilation-catalogue du regretté label. Mais qui se cache donc derrière ce patronyme prêt à secouer le petit monde du rap indépendant? Personne d’autre que deux des plus incroyables Mcs que le hip hop underground East Coast ait connu: Rob Sonic entendu autrefois en solo comme chez Sonic Sum, et Aesop Rock, plutôt discret ces derniers temps depuis qu’il s’en est allé voir ce qui se passe du côté californien. Après avoir longtemps testé leur complémentarité sur scène, tous deux, épaulés ici par Dj Big Wiz, s’unissent enfin le temps de « Are You Gonna Eat That? »: un disque inspiré de la vie de Marie Mallon – cuisinière porteuse d’un virus mortel qui a contaminé une cinquantaine de personnes avant de mourir en quarantaine – qui ne va pas manquer de rassurer les nostalgiques. Aesop Rock et Rob Sonic, plus contagieux que jamais, déversent en effet leur flow respectif sur des productions efficaces, typiquement dans le style qui a fait la couleur musicale de Def Jux à ses plus belles années. Tordu, froid, intense, oppressant, parfois saturé, souvent bourré d’effets, l’univers du trio conjugue parfaitement les fortes personnalités des Mcs, tous deux respectueux de leurs caractéristiques de toujours qui les ont fait devenir des acteurs incontournables du hip hop américain. Ici, pas de lutte d’egos, mais deux réels talents au service d’un album qu’on prend constamment plaisir à écouter tant il rallume une flamme qu’on pensait sur le point de s’éteindre. Les deux grandes carapaces que sont Aesop Rock et Rob Sonic, pas loin d’être chacune à l’apogée de leur talent, soufflent ainsi sans discontinuer sur des braises à la limite de provoquer le grand incendie quand vrombit une poignée de titres d’une incontestable qualité (« Meter Feeder », « Smock », « The Poconos », l’indus « Knievel »). Alors que la fièvre s’est emparée de Hail Mary Mallon, l’heure est venue de libérer le virus et de contaminer d’innombrables victimes…consentantes cette fois. Bizarrement, voilà qui rassure…

Disponible sur
itunes7

À lire ou écouter également:

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire