Girls In Hawaii – « Everest »

girlsAlbum / 02.09.2013 / Naïve
Indie pop

C’est souvent dans les coups durs que le musicien prend conscience de l’importance qu’occupe son art dans son coeur et dans son existence. Demandez ce qu’il en est à Antoine Wielemans, lui qui a trouvé la force et l’inspiration pour remettre Girls In Hawaii sur les rails après que son frère Denis, batteur originel de la formation, décède en 2010 d’un accident de voiture. Là, tout aurait pu être remis éternellement au rang des souvenirs. Mais la passion et la vie auront heureusement eu le dernier mot, poussant les Belges à accoucher de nouvelles mélodies pour enrichir leur discographie d’un nouvel album.

Forcément avec « Everest », certainement intitulé ainsi pour la pente ardue qu’il lui a fallu remonter, Girls In Hawaii va maintes fois voir le couteau remuer dans sa plaie, puis devoir constamment rappeler que, ici finalement, c’est avant tout de musique et d’émotion dont il est question. L’avantage, c’est que cet album en déborde, et que le groupe ne se freine pas pour évoquer lui-même les heures noires qu’il vient de traverser. Pour preuve, l’absence, le manque, l’après comme l’irrémédiable sont les thèmes qui cousent le voile sombre recouvrant constamment ce troisième opus. Mais plutôt que d’en faire une oeuvre morose et glauque si elle n’avait été que morceaux plombants de la trempe de « Here I Belong », les Belges y trouvent l’inspiration pour marier au mieux beauté et mélancolie, signant ainsi parmi leurs plus beaux morceaux jamais composés depuis leurs débuts en 2004.

« Misses » d’abord, ballade larmoyante déjà parue à l’occasion du Record Store Day, les plus lumineux mais sans équivoque « We Are The Living » et « Not Dead », auxquels on peut aussi ajouter les réjouissances « The Spring », intro folk aussi triste que dépouillée se chargeant de donner le ton de l’album, « Changes » et « Mallory’s Height ». Tous incarnent l’évolution de Girls In Hawaii, ce roseau qui – malgré les tempêtes – plie mais ne rompt pas. Subtils, triste mais toujours dignes, les Belges offrent là un bel album autant qu’une leçon de vie: l’important après la chute, c’est de trouver la force de se relever.

avoir

enecouteintegrale

aecouterenpriorite

« Misses », « We Are The Living », « Not Dead », « Mallory’s Height »

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire