Future Of The Left – « Travels With Myself And Another »

future180Album
(4AD)
22/06/2009

On n’apprend pas aux vieux singes à faire des grimaces. Depuis qu’il fait de la musique, Andy Falkous s’est approprié un registre qui l’accompagne dans toutes ses pérégrinations. Il aura notamment contribué à faire de McLusky un groupe culte, bien que son approche bruyante et sans concession de l’époque ne lui laissait pas une longueur d’avance très confortable. Littéralement encensé depuis sa totale désintégration – sort posthume malheureusement trop récurrent – le trio Gallois a logiquement trouvé sa réincarnation en Future Of The Left. Forcément, entre la guitare crunchy et la force de frappe qui avaient déjà fait leurs preuves, il ne restait plus beaucoup de place à Kelson Mathias, bassiste et ex-Jarcrew, pour changer la donne et emmener ce nouveau projet ailleurs que sur la voie toute tracée par McLusky. « Curses », premier album sorti en 2007, confirmait d’ailleurs toute l’emprise du passé, redonnait un peu de grain à moudre à tous les nostalgiques, et laissait forcément pressentir d’aussi fortes déflagrations live, immortalisées sur « Last Night I Saved Her From Vampires » sorti en début d’année. Autant de bons points qui auront eu raison de la date de sortie de ce nouvel album forcément attendu, prévu fin juin avant d’être amorcée sur le site du groupe pour contrer sa mise à disposition gratuite sur les sites de téléchargement illégal. Certains d’entre vous connaissent donc peut être déjà les tenants et aboutissants de ce « Travels With Myself And Another », second opus qui ne manque évidemment pas de tenir toutes ses promesses. Sans réelle surprise, il reprend les choses ou elles ont été laissé il y a deux ans (« That Damned Fly », « You Need Satan More Than He Needs You »). Mais ce bougre de Falkous a de l’inspiration, assez en tous les cas pour conjuguer ce qu’il a déjà pu tenter par le passé et le transformer en de nouvelles compositions en tous points réussies, laissant même entrevoir une certaine évolution (les plus linéaires et plus pop « Throwing Bricks At Trains », « Land Of My Formers », « Stand By/Your Manatee »). Car, quand les boiteux se servent d’une canne pour avancer, lui s’appuie continuellement sur la rage qui l’habite, qui transpire de chacun des titres, et qui lui fait continuellement résister à la grande valse des tendances à laquelle le rock ne cesse de s’adonner. Un sort généralement réservé aux plus grands, Shellac ou même Jesus Lizard notamment qui font surface de temps à autres ici. Mais il n’est pas seul à endosser cette efficacité. Sur « Travels With Myself And Another », la section rythmique s’affranchit et permet à Future Of The Left de lâcher ses chiens les plus dangereux pour nos ouïes: « Arming Eritrea » ne laisse rien au hasard, « The Hope That House Built » avance telle une marche guerrière, « Yin/Post-Yin » donne le tourni (et rappelera aux trentenaires français un grand hit de…Richard Gotainer sur les couplets), ou « Lapsed Catholics » nous laisse sur un tapis de cendres fumantes en passant de l’acoustique à une furie encore inédite chez lui. C’était annoncé: « Travels With Myself And Another » est bien l’incontournable pressenti, bien qu’il n’offrira pas à Future Of The Left le statut d’icône qu’il mérite et après lequel Falkous ne cesse de courir depuis tant d’années.

Achetez sur:
itunes27

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire