Fowatile – « Fowl Steps »

fow180Album
(Biscuit)
19/03/2012
Hip step

Pour ceux qui auraient loupé le début, commencez par vous procurer le premier EP de ces quatre garçons déjà plein d’avenir en janvier 2011, en particulier les titres « How We Do » et « Beautyful Girl » que vous ne retrouverez pas sur cet album. Entres autres, ces deux petites merveilles – alliant intelligemment 8-bit et gros hip-hop qui fait bien mal aux hanches – voient enfin arriver leur digne successeur: « Fowl Steps », premier album qui n’a pas froid aux yeux et qui ne se prend qu’à moitié au sérieux.

Entre temps, la bande a tourné, notamment en première partie de General Elektriks où elle s’est faite remarquer avec sa mise en scène toute jaune, sa façon particulière de communiquer avec le public, et sa volonté de solliciter les articulations de chaque spectateur dans un live résolument dansant. Entre cet ex-chercheur en informatique,  ce batteur taillé pour les rythmes syncopés, ce beatmaker touche-à-tout, et ce MC extraverti qui n’hésite pas à prendre des risques, chacun joue son rôle à la perfection. Ce dernier, Elby Dillinger, répand son flow comme une traînée de poudre en évitant les clichés lyriques, d’abord sur « Fowatile Airlines », rap caustique qui démange comme du poil à gratter tout en restant sexy et aguicheur à souhait.

Après tout, si Talib Kweli – après Pete Rock, Madlib, J Dilla et Kanye West – se met à collaborer avec tout ce sang neuf, c’est sans doute parce qu’on se sent bien sur ces instrus cadencées par un métronome de 100kg. Fruit de cette collaboration, « Love Life » ressemble alors à un sympathique morceau west coast aux subtilités IDM. En se produisant sur leur propre label Biscuit Records, les gars prennent la porte de derrière pour éviter les potentielles contraintes d’un label, et se permettent ainsi du minimalisme sans scrupule (« That’s Where The Fun Stops »), des plages mélodiques abstract à la Prefuse 73 (« Deepy Milky Way »), et du nu-funk ventripotent (« Diamond Rims »).

Quoiqu’il advienne cette année, le titre-phare « Act Like a Fool » se retrouvera dans le palmarès 2012, et Fowatile ne pouvait pas mieux viser et trouver meilleur featuring que les incontournables Foreign Beggars pour achever ce vrai travail d’équipe au groove exceptionnel! Avant de terminer sur une instru sans prétention, comme pris par le temps ou victimes d’un manque d’inspiration soudain, le combo enchaîne coup sur coup trois titres issus du premier EP (« Galaxy Sicks Over », « Coca Holla », « Conglomerate »). Un final qui ne fait néanmoins pas tâche, loin de là, même si on aurait préféré un smoothie hip-hop tiré de morceaux 100% frais. Le monde va nous les envier!

En écoute

itunes39

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire