Eels – « Tomorrow Morning »

eels180Album
(Cooperative Music)
23/08/2010
Indie folk

Mark Oliver Everett s’est attaché au rythme d’un album tous les six mois depuis la sortie de « Hombre Lobo » en juin 2009, mais il ne va pas falloir s’y habituer: avec « Tomorrow Morning », il met le point final d’une trilogie qui était bel et bien prévue depuis la genèse du projet. Plus encore que trilogie, on pourrait aisément qualifier ces derniers disques de thérapie en trois temps, de chemin-retour vers la joie de vivre, comme perdue depuis presque une décennie passée à panser son émotion, sa douleur, et sa solitude avec la plus touchante des mélancolies.

Si elle transpire tout aussi magnifiquement le long de ce nouvel album (« What I Have To Offer » par exemple), Everett semble psychologiquement revenu sur de bons rails, affublant même Eels d’une légèreté qu’il fait bon d’entendre (« Spectacular Girl »). Plus encore quand elle amène avec elle la touche d’originalité nécessaire pour que ce nouveau disque se démarque de ses deux prédécesseurs. Ainsi, dès l’entame, « I’m a Hummingbird » endosse à lui seul toute la couleur de l’album, souffle sur les orages d’antan jusqu’à s’afficher en éclaircie matinale, bien coincée entre liberté, quiétude, et beauté. « The Morning » qui suit est d’ailleurs du même acabit.

Déjà, on entend la particularité de « Tomorrow Morning »: ses synthés électroniques (« After The Earthquake »), ses boites à rythme (« This Is Where It Gets Good », « The Man »), et autres combines de studio (« That’s Not Her Way ») toujours utilisées dans la juste mesure pour ne jamais monter sur les pieds de l’esprit qui règne ici: celui d’une rémission bien réelle (le bluesy et énergique « Looking Up », les paroles des deux magnifiques ballades « Oh So Lovely » et « I Like The Way This Is Going ») mais qu’on sait fragile, le bonhomme n’en étant pas à sa première résurrection.

Pourtant, chose nouvelle et encourageante, Everett semble être devenu fataliste face aux difficultés de son existence (« Mystery Of Life »), et a appris à aimer le présent en se plongeant abondamment dans son passé, que ce soit par sa biographie intitulée « Things The Grandchildren Should Know » ou le documentaire « Parallel Worlds, Parallel Lives » qui revient sur les relations particulières qu’il entretenait avec son influent physicien de père. On ne conseillera d’ailleurs jamais assez à ses fans de se procurer ces deux pièces, toutes aussi indispensables que  ce « Tomorrow Morning » qui sonne l’heure d’un Eels redevenu quasi flambant neuf, prêt à se lancer plus sereinement dans de nouvelles aventures, bien plus tard que dans un petit semestre.

En écoute


Disponible sur
itunes18

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire