Down To Earth – « Prisms »

dte180Album
(Yr Letter / Deep Elm)
20/02/2010
Emo post hardcore

Partagé entre groupes à fort potentiel finissant le nez dans la poussière, et l’infâme mouvement screamo en provenance des Etats Unis, l’émo hexagonal n’est franchement pas bien portant. Pire, quand on en vient à faire un peu le tour du propriétaire, le constat est limite déplorable. Pourtant, vue de haut, la meute laisse apparaître une exception, celle des Rochelais de Down To Earth: un groupe droit dans ses bottes, qui continue de tracer sa route en restant indifférent à tout ce qui peut bien se passer autour de lui.

En 2010, les modes, comme les difficultés d’être un groupe dans un environnement moribond semblent lui passer à des kilomètres au-dessus. Pour preuve, « Prisms », son nouvel opus, s’inscrit dans la suite la plus logique de son précédent « Room For The Three Of Us« , et finit de corriger les quelques imperfections de l’époque. Car Down To Earth avance, s’améliore constamment, mûrit encore et toujours, et convainc désormais jusqu’aux Etats Unis ou Deep Elm Records – mythique label de l’indie américain pour avoir déniché de nombreux talents du genre – est tombé sous le charme de sa générosité et de son savoir faire. Ainsi, bien que semblables à pas mal de formations passées avant eux, les Down To Earth sont devenus, le temps de deux albums, une exception française capable de venir se mesurer à leurs plus éminents homologues.

Masterisé par Bob Weston (Nirvana, Jawbox, Shellac…), « Prisms » combine sans coup de mou, et mieux que jamais, l’agressivité et les mélodies de ces trois musiciens dans l’âme pour qui rien ne compte plus que la scène. Et cela s’entend tout au long de ces dix titres qui, au-delà du fait qu’ils soient taillés pour être propulsés aux oreilles de son public, sont réfléchis, tant dans la composition que dans les textes. Conceptuel puisque tourné vers la façon de considérer la vie en fonction des différentes facettes de la personnalité, « Prisms » est un disque ou tout est en connexion, comme l’illustre parfaitement l’excellent tryptique éponyme en début d’album.

Le temps d’à peine quarante minutes, le registre contrasté, cabossé, et mélodique de Down To Earth rappelle alors les bons moments passés en découvrant Engine Down (« Versus »), Thrice (« Contro »), voire At The Drive In (« Radio Stoned ») bien que le trio ait les idées beaucoup plus rangées que ces incontournables texans. Entre riffs aiguisés, rythmique pleine de rebondissements, coups d’éclat mélodiques (« Prisms 3 ») et même quelques élans acoustiques (« Slide »), Down To Earth couvre donc parfaitement le spectre qu’il faut pour passionner de bout en bout l’auditeur avide de s’en prendre plein la tronche et d’en traîner longtemps les équimoses.

En écoute
Down To Earth –

1. Album preview     

Disponible sur
itunes14

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire