Die! Die! Die! – « Form »

die1801Album
(Golden Antenna)
01/04/2011
Indie post punk

Le nom du groupe laisserait penser qu’on lui a mis le couteau sous la gorge. Voici peut être pourquoi Die! Die! Die! n’a pas perdu de temps dès qu’il a pu mettre le pied à l’étrier: un premier album partagé entre post punk et noise pop mis en boîte chez Albini en 2005, plus de deux cents concerts à suivre pour se forger une inébranlable réputation scénique, et un deuxième disque tout aussi incontournable pour confirmer haut la main son énorme potentiel. En 2011, l’heure de l’inévitable remise en question pour tout combo qui se respecte a désormais sonné, et les Néo-Zélandais pondent un « Form » qui, au-delà de conserver l’intensité et les penchants bruitistes de ses géniteurs, plonge plus encore dans un bain chaud de mélodies pop. Et comment donner tort à Die! Die! Die! lorsqu’il lance les hostilités sur un énormissime « Caseman » sonnant comme le fruit d’une rencontre inespérée entre le savoir faire pop de Division Of Laura Lee et l’intensité rythmique de Lack. Seulement, quand d’autres ne se contentent que d’un coup d’éclat en début de disque pour tromper la galerie, le trio réitère et décline sa recette à toutes les sauces pour tour à tour sonner agressif, tubesque ou cinglant. Du coup, sans jamais donner l’impression de se répéter, il aligne une poignée d’autres brûlots de grande classe (« Howye », « We Built Our Own Oppresors », « Paquin », « Frame ») et réussit l’exploit – si rare de nos jours – d’emmener l’oreille prise à son piège jusqu’à ce que finisse de traîner son ultime riff. Die! Die! Die! nous prend alors à rêver d’un retour à l’indie rock mélodique et dansant qui ne soit plus celui composé en kit pour alimenter les playlists de bandes FM et chaînes télévisées musicales appauvrissantes. Pour cela aussi, « Form » vous met carpette, comme après le passage d’un demi de mêlée des All Blacks.

Disponible sur
itunes19

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire