Dark Time Sunshine – « Vessel »

dark1801Album
(Fake Four Inc)
20/04/2010
Hip hop

Ça fait bien longtemps que le hip hop s’est affranchi de ses postures rigides et a permis à des groupes comme Dark Time Sunshine de voir le jour. L’association d’Onry Ozzborn, protagoniste majeur d’une des scènes les plus novatrices du rap, et du producteur électro de Portland Zavala, demeure certes alléchante, mais elle ne constitue plus une surprise en soi. Leur première collaboration « Believeyoume », distribuée gratuitement sur Internet, n’avait d’ailleurs pas marqué les foules, mettant simplement en lumière un vrai potentiel. « Vessel », leur deuxième album, risque de changer définitivement ce jugement hâtif.

Les deux artistes semblent avoir pioché dans toutes leurs influences pour construire un album qu’on qualifiera de véritable OVNI, difficile à cataloguer. Si l’intro rappelle les grandes heures de l’écurie Anticon avec son beat saccadé et ses guitares saturées, c’est au premier opus de MGMT qu’on pense à l’écoute de « Now They Know » ou « Run », décorés de sonorités électro naïves. L’impression de naviguer entre plusieurs eaux est d’ailleurs permanente, les rythmiques presque trip-hop de « E.R » répondant à la drum’n’bass de « View Items 2 » et « Hands Up », la noirceur de « Return Of The Agenda – feat JFK » (compère de Onry au sein de Grayskul) à la légèreté lyrique de « No Eye Contact ».

On flirte ainsi avec la pop sur le magistral « All Aboard – feat Reva Devito » fredonnant une mélodie enivrante, et même avec des allures de hit dancefloor sur « The Sleestack Payback » renvoyant les spécialistes que sont Will.I.AM ou Lil Wayne à leurs leçons. L’hybride et psychédélique « Primor – feat P.O.S, Aesop Rock, Peegee 13 et Dj Zone », le groovy « Little Or No Concern » ou « Great Dane » (rappelant Sonic Sum et les lignes de basse de Erik MO) finissent quant à eux de prouver une capacité phénoménale à voyager à travers les styles. Seul constance au sein de ce fourmillement incessant, le flow de Onry (parfois « merveilleusement » monocorde) qui accompagne impeccablement chaque version.

Un véritable kaléidoscope électro-hip hop, voilà comment nous pourrions qualifier cet opus d’une richesse incroyable. Sans jamais perdre le fil, Dark Time Sunshine explore de nouvelles facettes musicales, n’hésitant pas à faire cohabiter les extrêmes. Car réussir à rendre soulful le digital « Instructions To Numb – feat Solillaquists Of Sound, Qwel et Experience » est autant une prouesse qu’un pari osé. A mixer tant d’éléments différents, ils ont réussi à créer leur propre son, désormais véritable marque de fabrique. « Vessel » est incontestablement l’un des albums de l’année, faisant du combo un des plus beaux spécimens de la mutation du hip-hop.

Disponible sur
itunes9

À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Dark Time Sunshine – « Vessel »

  1. Jihane 8 décembre 2010 à 7 h 57 min #

    l’article est carrément cool et je suis assez d’accord avec ce qui est mis en avnt
    si je peux me permettre, c’est Onry Ozzborn qui est originaire de Portland (Crew Oldominion, Grayskul,..) et Zavala est un producteur de Chicago

Laisser un commentaire