Cougar – « Patriot »

cougar180Album
(Counter)
24/08/2009

Alors que résonne encore « Pulse Conditionner », titre incontournable de son premier album, Cougar ressert une nouvelle louche de sa définition du post rock. La première, « Law » sortie en 2006, ayant déjà été du plus bel effet en redorant le blason d’un genre souvent perçu comme trop sérieux, cérébral et prétentieux, « Patriot » n’en était que plus impatiemment attendu. Et pour cause, durant les trois ans qui séparent ces deux disques, ces cinq américains se sont efforcés de conserver ce savoir faire bien à eux – entre Tortoise, Fugazi, FourTet et Nick Drake – qui les démarque immédiatement de leurs homologues. Ainsi quand certains justifient un manque de finesse par l’utilisation de trop gros pinceaux, Cougar y va de sa plume, dessine sa musique instrumentale au trait fin, sans négliger le moindre détail. Du coup, elle prend parfois des airs d’expérimentations, fait croire aux samples, bouscule constamment les structures de morceaux conventionnelles, pour finalement donner naissance à un superbe tableau de maître. Car, aucun doute, « Patriot » vaut autant le détour que « Law »: les trois guitares finement cousues, l’infinie richesse rythmique, les synthés, basse ou contrebasse offrant comme prouesses bien plus que ce qu’elles avaient pu garder sous la semelle après le premier album. Cette nouvelle salve est donc autant une suite logique (« Rhinelander ») qu’elle s’en détache par une approche un tantinet plus agressive, comme en atteste les envolées tranchantes de « Stay Famous », « Florida Logic », et « Heavy Into Jeff », mais surtout « Thundersnow » et « Endings » au déluge de décibels difficilement prévisible chez le quintet. Ce qui n’est pas non plus une généralité, Cougar se laissant aussi aller à quelques douceurs tout ou partie acoustiques se rapprochant d’un folktronica de très bon goût (« Pelourinho », « This Is An Affadavit », « Daunte V. Armada », le magnifique « Absaroka »). Et la meilleure nouvelle n’est autre qu’on va pouvoir en prendre l’habitude: en jonglant avec tant d’influences, en parvenant à marier si joliment l’organique et l’électronique le temps de deux albums seulement, Cougar laisse planer l’évidence qu’il est un puit d’inspiration intarissable. On ne peut donc que vous conseiller de faire table rase des préjugés, et vous jeter la tête la première dans sa gueule grande ouverte.

Achetez sur:
itunes18

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire