Cocoon – « Back To Panda Mountains »

cocoon180Album/DVD
(Sober & Gentle)
07/09/2009

Certains n’ont jamais accroché sur Cocoon, beaucoup en sont devenus totalement accros, d’autres encore sont vite passés de l’estime à l’indifférence. Il faut dire que si on devait rouvrir l’encyclopédie de l’actualité musicale française de ces deux ou trois dernières années, on y trouverait assurément et systématiquement un chapitre sur le duo clermontois. Car rarement l’Hexagone aura connu un succès si fulgurant: il faudrait plusieurs milliers de mains, et d’autant plus de doigts, pour compter ses ventes de disques, logiquement suivies par plus de 200 dates de concert pour aller à la rencontre d’un public qui lui a souvent offert toute son affection en retour. C’est ça Cocoon: une musique gentillette qui s’incruste immédiatement dans les têtes de gens pas forcément mélomanes. Il faut dire qu’en allant jusqu’à entrer de force dans les foyers – on ne compte plus les pubs télé et les émissions ou sa musique apparaît – les Cocoon sont devenus familiers des collégiens aux ménagères de moins de cinquante ans, au pire les amis qu’on n’a jamais eus. La faute à deux personnages aux allures un peu lisses, mais tellement sympathiques qu’ils en deviennent attachants. Comme leur musique.

Reste qu’à bouffer du Cocoon pendant de nombreux mois, on attendait plus volontiers d’eux un nouvel album qu’une vidéo live ou l’on retrouve une nouvelle fois les mêmes titres. Mais, si risque d’overdose il y a, le duo l’esquive assez habilement en offrant un intérêt certain à l’objet. Enregistré dans sa bonne vieille Coopérative de Mai, ce concert présente Cocoon au complet, soit entouré du line up enrichi au fil des dates: batteur, bassiste, violon et violoncelle contribuent désormais à chacun des morceaux. On est donc non seulement loin des débuts acoustiques, mais quelques titres inédits (« Hey Ya ») et reprises (« Sea Lion », « Morning Break », « 84 », « Baby Seal », « Ghost Busters ») amènent la dose de nouveauté indispensable à « Back To Panda Mountains », même si trois seulement figurent au tracklisting du disque. Peu importe, c’est bien la vidéo qui importe ici, d’autant qu’on a également droit en bonus à un documentaire d’une trentaine de minutes dans l’intimité du groupe, et du live de la Maroquinerie où le public était invité à participer activement.

Partagé entre lassitude et curiosité de découvrir ce que Cocoon a encore à offrir à l’avenir, ce n’est pas forcément mécontents que nous voyons ce premier gros tome, d’une carrière assurément longue, se refermer bel et bien. Pendant que les fans les plus assidus continueront de se passer « Back To Panda Mountains » en boucle jusqu’au prochain album, nous tenterons plutôt de passer à autre chose, pour encore plus l’apprécier. La rançon du succès.

Achetez sur:
itunes8

À lire ou écouter également:

,

2 réponses à Cocoon – « Back To Panda Mountains »

  1. morgan 19 octobre 2009 à 15 h 42 min #

    Mark Daumail de Cocoon est un super musicien.

    J’ai vu qu’il allait produire le premier album de Greenshape un artiste français qu’il a découvert récemment, et qui compose des morceaux pop-folk.

    Après l’écoute de quelques morceaux on peut d’ores et déjà dire que Greenshape semble avoir un gros potentiel.

    En plus on peut « co-produire » les projets musicaux de Greenshape sur le site Kisskissbankbank.com :

    http://www.kisskissbankbank.com/projects/greenshape

  2. Thomas 29 octobre 2009 à 12 h 15 min #

    Merci pour l’info je n’y croyait pas trop mais c’est vrai on peut effectivement coproduire le projet de Greenshape sur le site :

    http://www.kisskissbankbank.com/projects/greenshape

    Si comme moi au début vous êtes sceptique, regardez la vidéo dans laquelle Greenshape expose son projet :

    http://www.dailymotion.com/video/xavydt_devenez-coproducteur-de-green-shape_music

    Enjoy !!

Laisser un commentaire