Coachwhips – ‘Get Your Body Next Ta Mine’

Album / Castle Face / 25.08.2014
Garage

La grande productivité de John Dwyer ne date pas d’aujourd’hui. Au début des années 2000, alors que le futur Thee Oh Sees se faisait connaitre sous le nom de Orinoka Crash Suite et que le californien menait déjà plusieurs projets de front, il se distinguait au sein de Coachwhips, trio de San Francisco au garage nerveux et cinglant, aux paroles quasi inintelligibles. Absent des débats depuis son split en 2005, le groupe est revenu sous les feux de l’actualité l’an passé via la réédition chez Castle Face de son premier opus ‘Hands On The Controls’, rapidement suivi par quelques concerts de reformation, notamment lors de la dernière édition de la Villette Sonique.

C’est donc logiquement que sa discographie fait à nouveau peau neuve cette année avec une nouvelle version (remixée et remasterisée) de ‘Get Your Body Next Ta Mine’, une salve de quatorze titres aux allures parfois inachevées (‘Nife Fight’), balancés dans l’urgence, sans jamais qu’ils s’embarrassent d’une attention trop prononcée pour la production: on croit plus au mégaphone qu’au micro quant au chant souvent incompréhensible de Dwyer (‘Couldn’t Find Love’), le son de guitare est volontairement dégueulasse au point d’incarner l’identité sonore très chaotique de Coachwhips, tout juste adoucie par un clavier qui peine souvent à se faire sa place (‘I Put It In, Way Down South’).

De fait, quand il n’intrigue pas, ‘Get Your Body Next Ta Mine’ ne laisse pas indifférent, mais souffre également de ses charmes en ne pouvant dissimuler trop longtemps le caractère assez répétitif de son contenu qui ne laisse entrevoir un peu de diversité qu’en fin de course. Néanmoins, dans ce vacarme qui ne pouvait sied qu’à son explosivité, Dwyer se plait à rappeler que – il y a dix ans déjà – il était maître dans son art (‘Like Food It Feeds’, ‘Tonights The Night’). Loin d’être terni par le temps, ce deuxième album de Coachwhips a autant valeur d’archive incontournable que de disque indispensable à tout amateur de garage qui, à l’époque, faute de jeunesse ou par manque d’information, serait passé à côté.

‘1000 Years’, ‘Tonights The Night’, ‘UFO Please Take Her Home’, ‘Yes I’m Down’, ‘Get Your Body Next Ta Mine’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire