Clara Moto – « Polyamour »

clara180Album
(InFiné)
01/03/2010
Electro

C’est dans sa coquette ville natale de Graz en Autriche que Clara Moto a commencé sa carrière, en se posant derrière les platines de son bar étudiant tous les mardis soirs, avant de participer activement à la création d’un label et de soirées « minimales ». Un engagement local nourri d’un grand talent qui a fini par s’exporter doucement mais sûrement, de Vienne à Barcelone, en passant par le festival de Montreux en 2007, au cours duquel Clara fait la rencontre d’Agoria, co-fondateur du label Infiné (bien connu pour ses qualités de défricheur de nouveaux talents sur la scène électro internationale). Après la signature de deux singles de la productrice en 2007 et 2008, le label français ouvre le bal de ses sorties de 2010 avec « Polyamour », un premier album bien mérité pour Clara. Avec cet opus, l’artiste autrichienne nous dévoile son jardin secret en musique, à dominante électronique mais pas seulement. Car si la techno minimale fait bien partie des influences centrales de Clara Moto, la finesse de ses productions réside dans l’entremêlement de sonorités multiples, notamment « ambient », qui parviennent à créer des univers singuliers, aux contours imagés et mystérieux comme sur l’émouvant et dubisant « Emory Bortz », l’organique et oppressant « Goodnight Twilight », ou le dissonant et saturé « The Opposite Is Also Wrong ». Ces titres côtoient des productions plus classiques et davantage taillées pour le dancefloor à l’instar d' »Alma », dans lequel la minimale incisive reprend ses droits, « Glove Affair », son premier single sorti sur Infiné en 2007, ou encore « Threeminutes » et son beat ravageur warpien. Malgré sa grande diversité, « Polyamour » reste un disque ultra féminin et sensible, dans lequel Clara Moto est rejointe sur trois titres par la chanteuse Mimu. Les deux artistes parviennent à façonner à deux un trip hop à la fois doux et énervé (« Deer & Fox »), une ballade enjouée à fleur de peau (« Joy Of My Heart »), ou une pop saccadée (« Silently », sorti en single sur Infiné en 2008). Au-delà des quelques longueurs et redondances qu’il contient, « Polyamour » offre une électro poétique, sensorielle et inspirée, révélant une belle cohérence d’ensemble. Clara Moto s’impose ainsi subtilement comme une grande dame de l’électro, apportant une vraie bouffée d’air frais dans un milieu où la parité hommes/femmes est loin d’être respectée.

En écoute

Disponible sur
itunes23

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire