Camilla Sparksss – ‘For You The Wild’

Album / On The Camper – Africantape / 07.04.2014
Electro synth punk

Barbara Lehnhoff aura finalement cédé à la pression populaire: elle qui, dans un premier temps, ne souhaitait sortir qu’une série de Eps systématiquement accompagnés d’un clip, aligne finalement le contenu d’un album, en compilant ses précédents travaux et en y ajoutant quatre inédits. Une stratégie quelque peu avortée, mais qui aura quand même porté ses fruits puisqu’elle aura permis aux oreilles vierges de se faire progressivement à un registre electro affichant, sur le fond, pas mal de similitudes avec Peter Kernel, groupe au sein duquel elle tient la basse. En effet, tout comme le rock du combo suisse, l’electro de Camilla Sparksss peut paraître froide et distante de prime abord, s’avérer imprévisible, et possède indéniablement cet assaisonnement qui force l’attention autant qu’il offre du goût.

C’est donc après l’avoir goûté à plusieurs reprises, au mieux en ayant déjà bien digéré les précédents Eps, que ‘For You The Wild’ agit sur les papilles. Assez libre pour se permettre d’aller divaguer sur des territoires amis comme le post punk, la new wave ou tout simplement le rock, et malgré des airs de revival majoritairement minimaliste et bricolé, Camilla Sparksss ne délaisse rien. Ni le groove, ni la mélodie, ni l’énergie, souvent tous convoqués au sein d’un même titre pour finir en tube tout-en-un, aussi vicieux qu’un sable mouvant. Les intenses ‘Precious People’ et ‘You Are Awesome’ en sont deux parfaits exemples, le progressif ‘I ll Teach You To Hunt’ en est un autre, tout comme les venimeux ‘Move Like a Shark’ et ‘This Is Huge’ qui sont à la belle ce que la danse est au serpent.

Si, à ses débuts mal assurés, Camilla Sparksss pouvait laisser craindre la déclinaison d’une seule et même recette, elle prouve avec cet album que son side project possède définitivement plusieurs tiroirs. Pour preuve, quand elle ne soigne pas des courbures pop évidentes sur ses compositions les plus accessibles, Barbara Lehnhoff tire les rideaux pour nous plonger dans une obscurité tenace, tourner le dos aux concessions (‘Europe’), et asséner quelques griffures d’une electro plus tranchante (‘Sharing’) voir expérimentale (‘For You The Wild’). Alors qu’on aurait pu le penser rafistolé et sans grande cohérence, l’opus n’est donc pas qu’un simple puzzle: c’est lui qui, au delà de laisser des traces, nous met en pièces.

‘Precious People’, ‘This Is Huge’, ‘Sharing’, ‘You Are Awesome’

À lire ou écouter également:

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire