Brother Ali – « Us »

ali180Album
(Rhymesayers)
21/09/2009
Hip hop

Puisque « The Undisputed Truth » lui avait permis de survoler les poids moyens du hip hop, c’est donc avec une logique implacable que Brother Ali vient désormais jouer des poings chez les lourds. Et à l’écoute de « Us », un nouvel album remarquable, peu de risque de voir dans les cordes le plus célèbre des Mcs albinos. Toujours épaulé par l’excellent Ant, producteur d’Atmosphere qui s’est ici offert le luxe d’être épaulé par quelques instrumentations live, Brother Ali délaisse en quelque sorte ses problèmes personnels qu’il relatait autrefois sans gêne ni complexe pour mieux s’étendre sur l’après, et rendre hommage à son entourage proche qui l’aura certainement aidé à trouver la force d’avancer. C’est donc gonflé à bloc, armé de son flow plus affûté et varié que jamais (on l’entend régulièrement chanter tout au long de « Us »), qu’il se dirige vers le ring, porté par « The Preacher », entame sautillante et guerrière partagée entre riffs de guitare, cuivres énergiques et beat relevé. Une fois la cloche retentie, point de round d’observation: Brother Ali ne tourne pas autour du pot, multiplie les approches toute en finesse encouragé par Ant, définitivement expert quand il s’agit d’offrir groove et chaleur à ses productions. En cela, « Crown Jewel » et « House Keys » portent les premiers coups, puis « Fresh Air » valide les premiers points à grands renforts d’influences funk. L’adversaire un genou à terre, Brother Ali fait durer le plaisir, baisse le rythme (« Tight Rope »), entretient l’espoir (le bluesy « Breakin’ Dawn »), nargue (« The Travelers » et son xylophone), et prend des risques (« Round Here »).Le combat est désormais écrit d’avance: il se gagnera sur la longueur via une alternance de phases d’observation (« Bad Mufucker Pt II », « Slippin Away », « You Say ») et d’attaques (« Best@It » feat Freeway et Joelle Ortiz), jusqu’à ce que les juges soulignent à l’unanimité la domination aussi humble qu’évidente d’un Brother Ali au top de sa forme, retournant au vestiaire sur l’excellent « Us (feat Stokley Williams) » avec le plaisir du devoir accompli. Plaisir partagé.

En écoute:

Achetez sur:
itunes23

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire