Boys Noize – « Power »

boys180Album
(Boys Noize Records)
05/10/2009
Electro

C’est une évidence: depuis son premier album « Oi Oi Oi » qui a fait l’unanimité, Boys Noize est devenu indissociable des Justice et Daft Punk avec qui il a dû partager le gâteau de ce mouvement electro sommairement rangé sous l’appellation French Touch 2.0. Depuis, il a alimenté cet engouement par le biais de nombreux remixes (Apparat, Gonzales, Cut Copy, Late Of The Pier…) et un album de revisites à l’intérêt très relatif, signées par une autre génération montante de producteurs (Surkin, A-Trak, Feadz, Siriusmo…). Il ne fallait donc vraiment qu’un nouvel album pour satisfaire les attentes. En cela, « Power » était attendu au tournant, dans le viseur des critiques prêtes à cracher leur venin sur cet Allemand, selon eux trop vite placé sur un piédestal pour s’inscrire dans la durée. Manque de bol, Boys Noize zigzague, et propose la suite logique de son premier best seller tout en se montrant moins extrême, plus subtil, moins putassier en somme, sans jamais égratigner l’efficacité qui a fait sa réputation, en studio comme en live. « Gax », qui ouvre l’album tout en relief, illustre à merveille cette sensible mais juste évolution, fait grimper l’auditeur au rideau sans jamais lui laisser l’occasion de redescendre. Car c’était sans compter sur la ferme intention de Ridah de jouer des mélodies, celles qui font mouche sur les excellents « Kontact Me » et « Jeffer », un peu moins sur les téléphonés « Transmission » et « Sweet Light », tous reflets de cette continuité la plus explicitement incarnée en « Starter », premier single qui a déferlé sur le web il y a déjà quelques semaines. Mais le Boys Noize nouveau est surtout à aller chercher dans des tracks plus sombres, moins dancefloor mais totalement addictifs, qui vous trainent avec autorité vers le côté obscur du bonhomme: l’humide « Nerve » aligne les vagues de fréquences, « Trooper » fait claquer les bottes au rythme d’une marche guerrière, tandis que le final « Heart Attack » se charge de clôturer l’album qui, à défaut d’être parfait sur toute la ligne, tient néanmoins ses promesses, se montre aussi indispensable que son prédécesseur, et assure que Boys Noize n’a pas fini de se dévoiler.

En écoute:


Achetez sur:
itunes7

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire