Black Zone Myth Chant – ‘Mane Thecel Phares’

Album / Editions Gravats / 25.02.2015
C’est compliqué…

Année après année, High Wolf tisse la toile d’un réseau tentaculaire au sein duquel la moindre de ses sorties est marquée par un sens très personnel du psychédélisme. Bercé par ses nombreux voyages, son amour des musiques dites ‘primitives’, et entouré d’instruments qu’il n’entend pas maîtriser, il pond – pour sa première sortie de 2015 – le second album de son projet Black Zone Myth Chant sur le label de Low Jack, Editions Gravats.

Envahi par des sonorités plus urbaines, les morceaux de ‘Manel Thecel Phares’ sont hantés par des voix trafiquées qui rappellent les innombrables mixtapes de Dj Screw et du Houston d’antan. Aujourd’hui gimmick galvaudé, cet élément trouve dans la musique opaque de Black Zone Myth Chant la pleine expression de son propre psychédélisme. Car, au delà de cette incartade en territoire hip-hop, le reste de l’opus va s’échouer ailleurs, près d’une rive ou son géniteur crée – album après cassette – une œuvre qui est ici plus contrôlée, et d’ou semble se relever des formes jusque-là laissées à l’abandon. Entre bubons synthétiques (‘Orbit Slut’) et percussions dépouillées (‘In The Arms Of The Pharae’), la musique de Black Zone Myth Camp dessine des pays et des rituels qui n’existent pas encore.

Beau et passionnant, ‘Mane Thecel Phares’ est un album marqué par un exotisme d’outre-tombe, qui offre aux vivants curieux l’occasion de croiser un prince de Babylone, des divinités romaines et surtout, d’y découvrir la musique toujours plus singulière de Black Zone Myth Chant.

‘In The Arms Of The Parcae’, ‘Two Stars, No Cross’, ‘He Evil’, ‘Pass Over Into Nothing’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire