Arctic Monkeys – « Humbug »

arctic180Album
(Domino)
24/08/2009

Pour beaucoup, Arctic Monkeys restera comme le groupe ayant ouvert la voie de la crédibilité aux découvertes Myspace. Ainsi, « Whatever People Say I Am…« , leur premier album, s’empara dés sa sortie de la première place du top album: une demie surprise pour ceux qui y avaient déjà goûté, une révolution pour ceux qui croyaient alors à la découverte d’une nouvelle race de primates sur les glaces du pôle nord. Reste que ces quatre Anglais sont ainsi nés la pression sur les épaules, chose qu’ils ont plutôt bien gérée avec le second « Favourite Worst Nightmare« , réussi bien qu’un ton en dessous en raison d’un effet de surprise disparu. Néanmoins, Arctic Monkeys est devenu en peu de temps un pilier du rock des années 2000 dont chacun des albums est désormais attendu, qu’on ait le couteau ou la rose entre les dents. « Humbug » n’a pas fait exception, le grand public attendant de Turner et sa bande qu’il sorte d’une routine qui commençait sérieusement à pointer son nez. Et plus que l’expérience acquise en deux albums, c’est surtout celle de The Last Shadow Puppets, son side project avec le chanteur de The Rascals, qui semble avoir garantie toute la saveur de cette nouvelle salve (« The Jeweller’s Hands », « Cornerstone »), de surcroît produite par Josh Homme (Queens Of The Stone Age, dont l’ombre plane sur « Potion Approaching ») et James Ford (Simian Mobile Disco). On y découvre en effet un répertoire plus sombre, une énergie cette fois volontairement canalisée offrant au groupe la possibilité de jouer d’un relief plus évident dans ses compositions. Cette nouvelle direction s’affiche dés « My Propeller », comme plus tard sur « Dance Little Liar ». Pourtant, tout en s’inscrivant parfaitement dans le ton de l’album, les bonnes et vieilles manies ne manquent pas de refaire surface ici ou là: « Dangerous Animals » ou « Crying Lightning », premier single à l’évolution presque imprévisible et à la mélodie entêtante, prennent les plus récalcitrants par la main pour leur prouver que les Arctic Monkeys n’étaient pas forcément meilleurs avant. Bien au contraire! Il suffit d’écouter attentivement « Pretty Visitors » et « Secret Door » pour que le talent croissant des musiciens comme celui de Turner ne vous sautent à la figure. Bien appuyés sur ce « Humbug », désormais mur porteur de leur discographie, les quatre de Sheffield sont donc en passe de devenir un grand groupe. Pas moins.

En écoute:

Achetez sur:
itunes18

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire