Zul – « El Golpe De La Aguja »

El Golpe De La Aguja[Album]
01/02/2006
(Basement Apes Industries/Overcome)

Né en 1998 sur les terres espagnoles, à Tarragone plus précisément, Zul fait depuis son petit bonhomme de chemin. Remarqué par une première démo trois titres enregistrée et élue parmi les plus intéressantes de cette même année, c’est véritablement en 2000 que les choses vont commencer à se dessiner, lorsque l’utilisation d’un sampler apparaît, que le bassiste originel laisse sa place à celui de Pupille (groupe ibérique dont le troisième opus est sorti chez BCore), rapidement suivi par un autre de ses collègues également en remplacement. Non, on n’a pas là le script du « Santa Barbara » de la scène rock espagnole. Pour clarifier, disons que Zul est plus ou moins devenu Pupille mais que Pupille l’a toujours été, donc Zul ne s’appelle plus Zul mais Pupille. Tu me suis? Moi non plus, mais on s’en fout, l’important ici c’est la musique. Et c’est clairement de post rock dont il est question. Instrumental de surcroît puisque le chant y est complètement absent. A l’écoute de ce « El Golpe De La Aguja », initialement sorti en 2001, on baigne dans les influences progressives de références telles que A Room With a View ou Mogwai, et dans une ambiance dense et dramatique façon Migala ou Standstill. Si sa musique peut ainsi paraître assez pointue, Zul sait se montrer accessible et jouant sur la variété de sa musique et de ses instruments (le piano, l’harmonica ou des cuivres se font parfois entendre), en étant capable de se faire mélancolique et minimal (« Maya Deren », « Me Da Igual Que Sea Imposible »), d’être beau et énergique à la fois (« Txargorri », « O ») tout en faisant progressivement évoluer ses compositions (« La Estrella Del Porno Jubilada », « Ambigu 3:33 »). Zul, malgré cet album assez accessible, ne convaincra certainement pas les éternels détracteurs du post rock lui reprochant son côté élitiste, mais il trouvera assurément son public, notamment celui des références précitées. Un moindre mal

En écoute

1. Maya Deren     

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire