Zucchini Drive – « Goodyear Television Playhouse »

Goodyear Television Playhouse[Album]
01/09/2007
(2nd Rec/La Baleine)

On parle souvent du stade fatidique du deuxième album, celui de la confirmation. Zucchini Drive pourrait bien en mesurer tout le poids tant il a fait forte impression avec «  Being Kurtwood« , un premier album, certes tenu à bout de bras par une liste impressionnante d’invités, mais très réussi au demeurant. Pas étonnant donc que ce side project de Marcus Graap (Stacs Of Stamina) et Tom De Geeter (Cavemen Speak) soit devenu un job à plein temps par la force des choses, tant ce savant mélange de lofi acoustique et d’electronica a su convaincre. Pas de mal en effet quand apparaissent au tracklisting des noms aussi parlants que Styrofoam, Alias, Bleubird ou Markus Acher (The Notwist), facilitant tous une certaine ouverture d’esprit, force incontestable de ce premier opus

Seulement cette fois, la donne est différente. Car même avec des parcours respectifs qui forcent l’admiration, Graap et De Geeter ne pouvaient décemment pas compter une nouvelle fois sur les autres pour garder Zucchini Drive en haut de l’affiche. Les deux ont donc décidé de s’en remettre à eux-mêmes, de limiter au maximum les collaborations extérieures, sauf en ce qui concerne les productions qu’ils ont voulu superviser tout en les confiant à des manitous de studio moins renommés mais issus de leur proche entourage (Kaeoflux, Radical Face, et même les rockeurs belges de Hitch). Du coup, « Goodyear Television Playhouse » se démarque radicalement de son prédécesseur, sauvant de justesse le duo d’une cruelle comparaison

Pourtant, c’est encore de mélanges et de mixité qu’il s’agit ici, Zucchini Drive ayant choisi de puiser dans des sonorités hip hop, indie pop, folk et rock. Ce deuxième album navigue donc logiquement sur les eaux de TV On The Radio (« Hairstyle Like Hers »), d’Anticon (« Mannequinlegs »), et plus particulièrement de Why? (« Choke », « Radical Days »). Mais quelques titres parviennent quand même sans mal à nous faire oublier un léger manque de personnalité général, voire même à nous faire ravaler la nostalgie du premier album. C’est notamment le cas du très bon « A Brand New 39 » mariant la mélancolie pop avec des voix partagées entre flow et susurrations habitées, de « Moms And Props » à l’ambiance aussi plombante que fascinante, et même du on ne peut plus rock « Handclap Handclap ». Assez pour éviter à Zucchini Drive une sévère dégringolade. Le duo manque donc une marche mais ne manquera pas de continuer son ascension vers un mélange des genres qui finira bien par s’avérer aussi personnel que passionnant

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire