Zombi – ‘Shape Shift’

Album / Relapse / 16.10.2015
Space rock

Ses deux derniers albums (‘Spirit Animal’ en 2009 et ‘Escape Velocity deux ans plus tard) avaient beau ne trahir aucun signe de faiblesse, on ne donnait plus très cher de la peau de Zombi qui, depuis plusieurs années, devait faire avec l’éloignement géographique et, en conséquence, les tournées réduites à peau de chagrin. Mais le destin en a décidé autrement en mettant une tournée en compagnie de Goblin sur la route de Steve Moore et Antony Paterra. Une opportunité impossible à refuser qui a aussi mis le duo face à l’évidence que ses morceaux composés à plusieurs milliers de kilomètres de distance n’étaient pas toujours déclinables en live. En d’autres termes, au delà de continuer dans cette direction particulièrement savonneuse, Zombi n’avait finalement pas d’autres choix que de mourir, ou de ré-humaniser son processus de composition.

En sortant ‘Shape Shift’ et alors que l’excellent ‘Pillars of the Dawn’ l’introduit, le duo non seulement rassure, mais prouve qu’il a aussi fait le bon choix. Le temps de neuf titres, on l’entend renouer avec le rock qu’il avait eu tendance à beaucoup synthétiser auparavant, même si le synthé occupe encore et toujours une large place dans les compositions dès que celles-ci se font plus ambient, à l’image de ‘Shadow Hand’ dont le jeu de basse fait aussi beaucoup, de ‘Metaverse’, et du quart d’heure final de ‘Siberia II’. Ici, l’acoustique redevient donc maitresse, basse et batterie empoignent fermement le manche du biplace pour de belles envolées groovy sans turbulences (‘Total Breakthrough’, ‘Toroidal Vortices’), certaines rappelant sans surprise Maserati, combo avec lequel le groupe a partagé un split et pour lequel Paterra a officié un temps en tant que batteur suite au décès de Jerry Fuchs (‘Mission Creep’). Pas d’inquiétude donc : chez Zombi, la mort n’est toujours pas au goût du jour.

‘Pillars of the Dawn’, ‘Total Breakthrough’, ‘Toroidal Vortices’, ‘Shadow Hand’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire