Zola Jesus – ‘Versions’

Album / Sacred Bones / 19.08.2013
Revisite orchestrée

Les performances de Zola Jesus ne laissent jamais de marbre. Quelle que soit l’émotion provoquée, sa théâtralité manifeste en fait un personnage à part. Chez elle, l’ambiguïté est une constante: son visage androgyne interpelle, ses mélodies ne se situent jamais vraiment dans l’ombre ni dans la lumière, et son projet dépasse l’unique discipline musicale. D’ailleurs, si « Stridulum II » fédéra à son sujet nombre de louanges, il n’en fut pas de même pour son successeur « Conatus ». Son aura auprès du milieu arty n’en a pas pour autant souffert, comme l’atteste sa prestation au prestigieux Guggenheim. À cette occasion, la diva saisit l’opportunité de collaborer avec Fœtus, pionnier des musiques industrielles, pour réarranger son répertoire avec un quartet.

Ainsi est né « Versions ». Revisite précoce de ses mélopées gothiques, ce troisième album esquisse sous un nouveau jour la voix si atypique de la New-Yorkaise. Son organe, certainement l’un des plus profonds de notre ère, jouit sous cette forme d’un espace encore inédit. Débarrassée des machines, Zola Jesus abandonne son décorum anxiogène au profit d’une sphère plus apaisée. Si le concept même de cet opus pouvait être bancal, la cantatrice donne au contraire un écho salvateur à son oeuvre.

Les titres issus de « Stridulum II » sont ceux qui bénéficient le plus de ce travail: déjà brillants sous leur vernis électronique, cette facette orchestrale leur offre une puissance émotionnelle étrangère. Néanmoins, ce « Versions » n’éclaire pas le mystère entourant le personnage. Au contraire, il continue de forger le mythe d’une artiste énigmatique. Mais loin de nous lasser, elle nous obsède au point d’espérer un jour, enfin, dissiper les brumes qui l’abritent.

« Fall Back », « Sea Talk », « Night »

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire