Zakee – « Assimilations »

zakee180Album
(Green Owl)
13/09/2011
Vaines expérimentations

Le métissage musical est un puit sans fond. En sortant son premier album intitulé « Assimilations », Zakee ne fait que le rappeler, lui que certains considèrent comme un artiste révolutionnaire, capable de remettre musique, art et culture ensemble au centre des débats. Assoiffé de nouvelles expériences, obnubilé par l’originalité, le bonhomme – originaire de Philadelphie – est allé chercher l’inspiration au Brésil, puis y est resté jusqu’à enregistrer la majorité des titres de ce disque ou il conjugue à tous les temps les éléments clés d’un registre unique, bien que familier. Rythmiques profondes et héritées des musiques traditionnelles du monde entier, comme la superposition de mélodies synthétiques, font donc ce qu’il a lui-même baptisé le Ku Ku Bass: « une musique de liberté, une sorte de dance music d’Afrique de l’Ouest ».

Si tout prend des allures inédites sur papier, difficile pourtant de mettre le doigt sur l’aspect visionnaire de son répertoire. Certes la démarche est honnête, louable et cohérente étant donné que l’effort est là, que Green Owl est un label attentif aux considérations environnementales et sociales. Seulement, « Assimilations » promène l’auditeur par monts et par vaux, jusqu’à le perdre parfois dans des eaux déjà largement parcourues, finalement peu dépaysantes pour qui s’est généreusement plongé dans le trip hop des années 90. D’autant que le bonhomme se refuse au tout-expérimental et semble ménager les susceptibilités tout au long de ce disque.

Il y a bien quelques titres réussis (« Dark Crystal » et son trip hop à la sauce africaine), notamment lorsque le hip hop joue des coudes (« Shadow », « Double Up », « The Rise »). Mais, à force de ratisser le champ des possibilités, les loupés gâchent considérablement la fête. Ici trop lisses, là sans véritable intérêt, ils freinent nos espoirs des quatre fers pour ne laisser que ce lourd jet lag nous faisant regretter, une fois de plus, qu’on ne soit toujours pas sujet à téléportation.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire