Young Widows – ‘Decayed : Ten Years of City, Wounds, Lightness and Pain’

Young Widows – ‘Decayed : Ten Years of City, Wounds, Lightness and Pain’

Album / Temporary Residence / 15.06.2018
Noise rock


En 2006, au lendemain du split de Breather Resist dont ses membres fondateurs sont tous issus, Young Widows ne s’octroyait aucun temps mort en sortant sans attendre un premier album forcément placé sous le signe du post hardcore. Depuis, et au fil des trois albums qui ont suivi, le groupe n’a cessé d’évoluer en naviguant entre noise rock, post punk et heavy psyché, jusqu’à s’imposer naturellement dans les discothèques des adeptes de rock sombre et sous tension. Alors qu’il fête le dixième anniversaire de Old Wounds, certainement son meilleur disque à ce jour, le trio dépoussière ses archives, et les compile pour nous faire remonter le temps avec lui. Une autre façon de mesurer le chemin parcouru, qui a le mérite de ne pas trop surprendre les derniers venus.

Ainsi, Decayed : Ten Years of Cities, Wounds, Lightness and Pain aligne une quinzaine de titres répartis entre b-sides, splits, compilations, et inédits. De l’entame The Money disponible sur un 45t édition limitée à la sortie de Easy Pain (2014) jusqu’à Baritone #3 que Young Widows faisait se confronter à Coliseum en 2006, on traverse avec enthousiasme et curiosité les différentes étapes qui ont fait durablement s’installer le trois de Louisville, passés entre temps d’une affection pour les Melvins ou Jesus Lizard à une autre pour Nick Cave.

Logiquement donc, on trouve là de quoi rassasier nos envies de nous replonger dans cette atmosphère à la fois obscure et accrocheuse, qui fait office de fil rouge tout au long de la discographie de Young Widows (dont les splits partagés avec Helms Alee, TV Freaks ont été manifestement écartés). Mais ce sont surtout les quatre inédits réservés ici par le groupe qui susciteront l’intérêt des fans assidus. Datant de la période 2010-2014 si l’on en croit la logique du tracklisting, tous – aussi réussis les uns que les autres – ont dû être de sacrés crève-cœurs au moment de les écarter de In And Out of Youth and Lightness ou Easy Pain. De fait, bien qu’il reste une compilation, Decayed affiche assez de cohérence et d’intérêt pour rejoindre ses ainés trônant peut être déjà dans votre discothèque. Si ce n’est pas le cas, il n’est toujours pas trop tard pour prendre les choses dans le bon ordre.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
The Money, Checked In/Out, The Backroom, Rolling as a Forgiver, Long Live the New Weight, King of The Back Burners


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.