Yoko Ono, Kim Gordon & Thurston Moore – « Yokokimthurston »

yoko180Album
(Chimeira)
03/10/2012
Ersatz expérimental

Avant d’écouter « Yokokimthurston », il est de bon ton de se poser une question: la vie est-elle la répétition routinière des mêmes gestes ou une quête de liberté, de révolte et d’audace? Il faut dire qu’on est plutôt dans le flou. Alors que Yoko Ono et l’ex-couple fondateur de feu-Sonic Youth nous avaient habitué à repousser les limites et même à complétement oublier cette notion dans le souci de se renouveler en permanence, les temps ont changé. « Yokokimthurston », c’est tout simplement le plaisir de voir de grands musiciens répéter leur art.

Au début, les hurlements et les fracas sonores déroutent un peu. Puis on se prend aux solos maitrisés des compositions, on se laisse envouter par ces boucles rythmiques, servies par des musiciens surdoués et une Yoko Ono qui y gueule plus que de raison. Malheureusement, cela ne dure même pas le temps d’un morceau. Ces vieux routards du rock américain s’évertuent à créer paresseusement un ersatz de musique expérimentale, arty et pompeuse au possible. Voilà ce qui arrive lorsqu’on ne produit que des chefs-d’œuvres (dans le cas de Sonic Youth, évidemment): on finit par rechercher sans cesse l’originalité, le coup de génie. Mais là, franchement, ça devient assommant.

Certains crieront aux coups de génie, clamant haut et fort que ces compositions lyriques sont tout simplement « Grandiooses! Mais franchement quoi!« . Pourtant, difficile de ne pas être déçu en découvrant « Yokokimthurston » lorsqu’on a tant aimé les projets parallèles de Kim Gordon et Thurston Moore, inlassablement écoutés depuis leur sortie. Car, en dépit de quelques passages inspirés, l’album ne retrouve guère l’ampleur de leurs anciennes productions. On ira même jusqu’à dire (et putain que c’est difficile à prononcer) qu’à force de vouloir ressembler à personne, le couple déchu, pour le coup, ne ressemble plus trop à rien.

itunes7

À lire ou écouter également:

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire