Yesterdays New Quintet – « Yesterdays Universe »

Yesterdays Universe[Album]
16/07/2007
(Stones Throw/Pias)

Stones Throw cherche psychologue désespérément… Madlib, le producteur le plus schizophrénique que le hip hop ait jamais connu, revient dans les bacs sous l’étiquette Yesterdays New Quintet, ce groupe de jazz avant-gardiste composé de cinq musiciens dont il endosse les rôles… Et l’histoire est loin d’être terminée puisqu’il a récemment annoncé le split du groupe (entendez par là la fin de ce projet…personnel) qui donnerait naissance à une multitude de nouveaux projets. Ce n’est donc plus cinq musiciens qui seront représentés par Madlib mais les dix nouveaux génies ou groupes que peut compter ce « Yesterdays Universe ». Vous me suivez toujours? Je vous l’accorde, avec un tel tableau, on retournerait volontiers à nos équations d’antan qui nous faisaient nous arracher les cheveux mais qui, au final, paraissent désormais bien simples à côté d’un tel mic mac.

Oubliez donc le Yesterdays New Quintet d’antan qui, en guise de passage de relais, présente ici sa progéniture: Otis Jackson Jr Trio, The Jahari Massamba Unit, Young Jazz Rebels, The Last Electro Acoustic Space Jazz & Percussion Ensemble, Kamala Walker & The Soul Tribe, The Jazzistics, Suntouch, Sound Directions (déjà connu puisqu’auteur du « The Funky Side Of Life »), Jackson Conti, Ahmad Miller, The Eddie Prince Fusion Band et Yesterday’s Universe All Stars. Pas dix donc, mais une douzaine, comme pour simplifier les choses (sic) puisque rien n’empêche quelques-uns d’entre eux de se réunir sous une même entité. Quand on vous dit que le bonhomme est plutôt difficile à suivre..

Dans ce cas précis, mieux vaut donc parler tout simplement de ce « Yesterdays Universe », premier volume d’une série qui, on l’espère, se limitera en nombre d’acteurs, tous n’étant pas des plus accessibles. Mais, si vous ne saviez pas ou Yesterdays New Quintet voulait parfois en venir, Madlib vous évitera cette fois l’investissement inutile d’une boussole des plus sophistiquées. Surtout pas de GPS, puisque ce sont toujours les années 70 qui transpirent tout au long de cette quinzaine de titres majoritairement plus compréhensifs que ses travaux précédents. En effet, ici, seuls les Young Jazz Rebels, avec leur imbuvable et totalement barré « Slave Riot », se démarquent d’une cohérence jazz parfois empreinte de soul de laquelle s’extirpent cependant quelques beaux espoirs pour l’avenir (Otis Jackson Jr Trio par exemple)

En appuyant sur la touche « reset » de Yesterdays New Quintet, Madlib se décuple encore et toujours, mais semble remettre de l’ordre dans ses idées en attribuant à chacune de ses entités une patte bien personnelle aussi intéressante qu’imprévisible. Amateur du Californien, vous pouvez donc vous ruez sans trop de crainte sur ce disque, mais on vous conseillera vivement une certaine méfiance à l’arrivée de chacun des albums de ces dix nouveaux projets. C’est dit..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire