X Makeena – « Derrière l’Oeil »

xmakee180Album
(Foutadawa)
25/09/2009
Breakbeat – electro- hip hop

La perception, l’analyse, la création, la perception, l’analyse… C’est bien « Derrière l’Oeil » que tout se passe, du début à la fin. Surtout chez X-Makeena qui a toujours fait en sorte de ne pas s’arrêter à la musique, de pousser son univers artistique jusqu’au spectacle. Comme si les mots n’avaient que plus de poids si on les mettait en scène via costumes, décors post apocalyptiques, et créatures animées. Et c’est une nouvelle fois dans cette optique que le clan rennais sort son troisième album, deux ans après un « Instinctive Dérive » qui avait fait forte impression. En 2009, la composition est plus subtile, le tempo est ralenti au profit d’une intensité garante de l’énergie. Ainsi, X-Makeena ne change pas, mais évolue. Hip hop, electro, drum n’bass et leurs puissantes infrabasses tapissent toujours des productions sombres et angoissantes stimulant l’imaginaire, tout en s’orientant parfois brièvement vers l’electronica et le dubstep. Pile poil le contexte musical qu’il fallait pour appuyer un discours plus accusateur que pessimiste, déposé par un flow rappelant la bonne époque d’Assassin mais aussi Psykick Lyrikah. On retrouve d’ailleurs Arm, Mc de cette autre entité bretonne très en vue, sur « La Fin d’Un Monde », un des meilleurs titres de cet opus; comme Robert Le Magnifique, son producteur d’un temps, sur le tout aussi bon « Robots In Love » qui n’avait effectivement pas besoin qu’on le chante. Toujours au rang des featurings, Bleubird revient une nouvelle fois épauler X-Makeena sur un « Masse Critique » qui offre soudainement des prétentions plus internationales au groupe. Bien joué, car sans forcément s’y cacher, les Rennais allègent via ces contributions extérieures les quelques lourdeurs typiques des prêcheurs de bonne parole qu’ils ont toujours un peu été. La preuve sur « Programmés », « Les Signes », et « Imagine », plus intéressants et surprenants dans la production que dans leur discours qui mériterait de gagner en finesse. En cela, le titre éponyme rassure quelque peu quant à l’orientation future d’un collectif en pleine phase de transition, qui se contente un peu trop ici de solidifier ses acquis.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire