Will Samson – ‘Ground Luminosity’

Album / Talitres / 23.10.2015
Folktronica

Le mélange de folk, d’electronica et d’ambient nous a tellement abreuvé durant les dix années passées, que de voir ces deux mots mentionnés de nouveau sur un communiqué de presse a tout de suite réveillé chez nous cet écœurement tapi dans l’ombre, mais toujours bel et bien là. Puis on s’est finalement lancé dans ce troisième album de Will Samson, jeune compositeur anglais qui s’est fait les dents chez Himalaya avant de se lancer en solo, et parfaire un genre dont on croyait tout savoir.

Tel un comprimé de Vogalen miraculeusement retrouvé un lendemain de cuite, ‘Ground Luminosity’ efface les maux et offre un nouvel éclat à la carrière de ce petit génie de Brighton qui trouve ici le juste équilibre entre ses mélodies, sa mélancolie, et ce qu’il avait tendance à délaisser jusque-là : l’importance du rythme, d’un beat, et des arrangements électroniques capables d’offrir une toute autre dimension à des compositions propices à la méditation.

Manifestement, Samson l’a bien compris tant il a poussé ses trouvailles aux premiers rangs (‘Sunbeamer Pt 1’, ‘When I Was a Mountain’), et s’y est appliqué à merveille au fil de huit titres qui volent, bercent, et plongent, comme son inspiration a souvent dû le faire sur la côte Nord du Portugal ou cet album a fini par prendre forme. Parce que, même si le cliché n’est jamais très loin, renforcé par l’utilisation du magnétophone, Will Samson souffle un air frais et humide sur ‘Ground Luminosity’, le même qui tourbillonnait chez ses ainés Bibio ou Boards of Canada avec qui il partage donc quelques similitudes (‘Tumble’).

Mais ces quelques rapprochement prévisibles passés, c’est surtout le talent d’écriture de l’Anglais qui reste en bouche, ces chansons à la fois riches et humbles (‘Flow, The Moon’, ‘Night Canyon’) qui, le temps d’un arpège, de quelques notes de piano, ou d’un accord de violon, nous font fondre, et nous rappellent qu’à l’intérieur de nos grandes carcasses, il y a des petits coeurs qui battent encore.

‘Tumble’, ‘Flow, The Moon’, ‘Night Canyon’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire