Will Butler – ‘Policy’

Album / Merge / 09.03.2015
Escapade en solo

Quand on s’appelle Will Butler et qu’on fait partie d’un groupe comme Arcade Fire, tenter l’aventure – le grand saut – en solo a quelque chose de périlleux. Nul n’est en effet à l’abri de la cagade, du gadin monumental, de l’échec cuisant. Et sortir d’une zone de confort aussi douillette que celle dans laquelle évolue le collectif américano-canadien depuis qu’il a été consacré par les médias en 2004 aurait pu être la fausse note dans une partition jusqu’ici harmonieuse. Mais Will Butler a plusieurs atouts dans sa manche.

Saluons tout d’abord la brièveté de ce premier opus solo: huit chansons, 26 minutes, une durée qui a pour effet immédiat de pousser l’auditeur à réactiver le bouton play une fois la dernière note jouée. Assisté de Jeremy Gara, batteur d’Arcade Fire, Will Butler se charge des autres instruments (à l’exception des cuivres) comme un grand pour un résultat plutôt réjouissant.

Ne cherchez pas l’unité ici, il n’y en a pas vraiment. L’album est une succession de titres qui ressemble fort à une revue d’effectif des influences qui ont contribué à forger le Texan. Sur ‘Something’s Coming’, on se retrouve ainsi en pleine folie Talking Heads; ‘What I Want’ convoque l’esprit rock surréaliste et barré des Pixies; ‘Anna’ se balade entre intonations rockabilly et musique sortie d’un disque de LCD Soundsystem. Enfin ‘Witness’, menée tambour battant, a des allures de chanson rock infusée de soul façon sixties.

Loin de ses titres enlevés et enjoués, le petit bijou de l’album reste toutefois ce ‘Finish What I Started’ emmené par un piano grave et relevé par des choeurs célestes. En un peu plus de deux minutes, Will Butler nous embarque loin de tout et parvient à nous convaincre qu’on a bien fait de faire le grand saut avec lui.

‘Anna’, ‘Finish What I Started’, ‘Something’s Coming’, ‘What I Want’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire