Wilco – ‘Star Wars’

Album / dBPM / 16.07.2015
Indie rock

Sur le fond comme sur la forme, cette onzième livraison de Wilco ne ressemble à aucune autre que le groupe ait pu sortir durant les vingt ans qui ont fait de lui une des formations les plus incontournables de l’indie rock américain. Offert sur le net sans être annoncé au préalable, pour le plus grand plaisir de fans dont certains n’attendent déjà plus que de quitter leur location de vacances pour le télécharger, ‘Star Wars’ s’amuse à casser l’image que Tweedy & co a souvent donné de lui-même, tout en prenant bien soin de ne pas dépayser pour autant.

D’abord, l’album est concis: avec 34 minutes au compteur et seulement onze titres ne dépassant quasiment jamais les 3’30’’, il rompt avec l’habitude de Wilco à afficher des tracklistings à rallonge, régulièrement ponctués de compositions prenant le temps de s’étirer. A l’image de ‘Pickled Ginger’ ou ‘King Of You’ qui s’éteignent sans qu’on s’y attende vraiment, les six prouvent même qu’ils auraient pu faire durer le plaisir un peu plus s’ils l’avaient voulu.

Poussé (ou non) par une volonté de casser la routine, ‘Star Wars’ est également marqué du sceau du changement dans ses sonorités. Moins propre que par le passé, moins canalisé à en croire le jeu de guitare bruitiste et décousu que Nels Cline déroule généreusement en début de course, le groupe est ici poussé par un vent de liberté, une énergie rock (‘Random Name Generator’, ‘Pickled Ginger’) qui le rend plus spontané.

Pris dans les bourrasques de cette évolution salutaire qui détournera quand même ‘Star Wars’ du gratin de sa discographie, Wilco ne souffre pas de vertiges et va même, dans sa quête d’occupation d’espace, jusqu’à signer quelques perles qui pourraient faire date. En tête de liste, ‘Cold Slope’ dont le voile blues des couplets se montre totalement dévoué à l’efficacité du refrain, et ‘Magnetized’, douce conclusion tout droit sortie du moule Beatles.

Ici pourtant, comme écartelé entre le désir de s’ouvrir à de nouveaux horizons musicaux et celui de ne pas trop s’éloigner d’une zone de confort qu’il maitrise sur le bout des doigts, Wilco en fait souvent trop peu. En atteste ce cap pop folk imposé par sa longue carrière (‘Taste The Ceiling’) que, par le chant de Jeff Tweedy surtout, il ne perd jamais de vue. Mais ne vous méprenez surtout pas, le groupe n’est pas non plus à vendre: la qualité de ce ‘Star Wars’, qui finira sans nul doute par se révéler un peu plus avec le temps, n’est en rien proportionnelle à sa gratuité.

En téléchargement gratuit et limité ICI.

‘Taste The Ceiling’, ‘Cold Slope’, ‘Magnetized’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire