Why? – « Sanddollars Ep »

Sanddollars Ep[Maxi]
17/05/2005
(Anticon/Chronowax)

La couleur musicale apportée par Why? au label Anticon était jusqu’à maintenant remplie de second degré au point que peu ont cru que ce projet pouvait s’étaler dans le temps. Tout faux! Yoni Wolf, frontman de la formation et membre de Clouddead et Reaching Quiet, semble lui complètement investi au point de prévoir de s’y consacrer pleinement dans les deux ans à venir. On a donc pas fini d’entendre cette pop venue d’ailleurs, plutôt bonne nouvelle à l’écoute de « Sanddollars Ep », maxi faisant logiquement suite à ses productions sorties il y a deux ans maintenant

Folk pop, psych rock, ou indie hop, appelez ça comme vous voudrez: rien ne ressemble à Why? et sa musique pourtant très accessible. Passé de l’exercice solo à l’effort collectif (un batteur, un guitariste et un homme à tout faire sont venus épauler Wolf), ce projet atypique gagne donc ici en richesse musicale et ces huit titres ont, à n’en pas douter, fait l’objet d’un travail de composition plus approfondi. L’écoute des mélancoliques et poppies « Miss Ohio’s Nameless », « Sick 2 Think », « 

 
« , des plus enjoués « Vice Principal » et « Mutant John », complète équitablement les « 500 Fingernails », « Next Atlanta », et « Pantone Cyan » plus sombres, plus barrés et plus « anticoniens ». Mais tous ces titres affichent une marque de fabrique devenue reconnaissable car très originale, faite de rythmiques faussement fragiles et de chant volontairement décalé, presque accrocheur, dont les pirouettes sont toujours imprévisibles

Why? joue donc la carte de la personnalité affirmée, et appuie clairement l’image de défricheur du label californien. Dans un contexte musical pas toujours accessible, Wolf et sa bande font souffler un petit vent frais qui pourrait bien nous apporter « Elephant Eyelash » en septembre prochain, peut être un des meilleurs albums estampillés Anticon. Affaire à suivre…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire