WhoMadeWho – « Knee Deep »

who180Album
(Kompakt)
25/04/2011

« Knee Deep » est le premier fruit tombé du nouvel arbre planté par WhoMadeWho. Suite à un brainstorming divergent ayant abouti à deux directions musicales, le trio sort un premier mini-album de huit titres plutôt que d’offrir un disque incohérent. En attendant une seconde livraison plus tard dans l’année, les gars de Copenhague ne se contentent pas de surfer sur la vague provoquée par le succès de « The Plot », leur précédent opus. Après un séjour chez Gomma, leurs idées plus dansantes et psychés les amènent chez Kompakt, une maison qui se trompe rarement lorsqu’il s’agit de signer un album. En mettant clairement l’accent sur la partie instrumentale de leurs productions, les Whomadewho chantent leurs doutes, leurs interrogations et incertitudes dans un environnement bâtard rock et techno influencé sixties. Avec son pied rapide et son chant sombre, « There’s An Answer » est pourtant une drôle d’entrée en matière pour un album tant attendu. On essuie les pieds sur le paillasson, et on entre prudemment à l’intérieur de leur nouveau salon, le véritable accueil étant assuré par le titre phare du disque, « Every Minute Alone ». Comme dans le clip, cette rengaine addictive entre Moby et Depeche Mode associée à de belles montées, donnerait presque envie de sortir un Kleenex. Ils ont beau être taillés pour l’exercice, bizarrement les morceaux les plus pops ne sont pas les plus convaincants. Le trop triste « All That I Am », le très rétro mais néanmoins décousu « We’re Alive, It’s A Miracle » ou « Checkers » qui fait penser à ce qu’Underworld fait aujourd’hui dans sa facette la plus mainstream, n’arrivent pas aux épaules des tracks instrumentaux. « Muskeeter » place ainsi le groove au centre d’un big-bang italo-disco ponctué de gémissements, et l’electro-tek solide de « Two feet Off Ground » sème quelques miettes vocales un peu glauques à la Fixmer/McCarthy. Pour la version vinyle et pour iTunes, Whomadewho offrent un titre bonus (« 555 ») accessoirement l’un des meilleurs titres de l’ensemble, un bon bol de techno exemplaire, psychédélique et plein de stress. Des remixes de « Every Minute Alone » sont également disponibles. Inutiles sur album, les DJs choisiront alors s’ils ont bon goût la version de l’imparable Michael Mayer, qui se met sur son 31 pour remixer la chanson avec une classe rare, ou la version zombifiée et boiteuse de Renaissance Man. « Knee Deep » montre une facette alternative d’un trio plein d’imagination, un bon apéro avant le hors d’oeuvre plus mélodique et taillé pour les radios.

En écoute


Disponible sur
itunes28

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire