Watertank – ‘Destination Unknown’

Album / Solar Flare / 29.06.2015
Post hardcore

Les mecs de Watertank ont certainement dû être nourris au post hardcore US des années 90 pour balancer à corps perdus des morceaux aussi marqués par cet espace-temps. Gros son et riffs massifs composent l’identité du groupe, celle là même que défendaient Quicksand, Foo Fighters ou Pilot To Gunner à une époque résolument ancrée dans les gênes du rock et qui ne s’est jamais vraiment éteinte. Du coup, avec ‘Destination Unknown’, leur deuxième sortie discographique en deux ans, les nantais envoient la sauce sans complaisance et en ligne discontinue.

Enregistré par Patrice Guillerm (Papier Tigre) et masterisé par Carl Saff (Pilot To Gunner), c’est tout en puissance que la production de l’album vient nous plaquer au mur. Watertank y balourde neuf titres sincères et tendus, ou les guitares sont lancées telles des parpaings à la gueule, et au fil desquels les protagonistes mettent un soin particulier à délivrer des refrains qui font mouche. Les rythmiques de ‘Automatic Reset’, ‘Contrails’ et ‘Doomed Drifters’ mettent en avant des riffs heavy, ceux que Walter Schreifels balançait généreusement avec Quicksand ou Rival Schools: deux références évidentes à entendre des chants empruntant le même chemin. Elevés et aériens tout au long du disque, ils s’immiscent avec brio au sein de lignes bien foutues, qui permettent aux morceaux de bénéficier d’appels d’air salvateurs. Et même quand le groupe, binaire, balance à fond la caisse ‘Fever’ ou ‘Surrender’, ils ne souffrent d’aucune lacune. Mais Watertank sait aussi lever le pied, comme en attestent le percutant ‘DCVR’ au refrain libérateur, et ‘Destination Unknown’ oscillant lui aussi entre variations plus posées et explosions émo, avec comme arguments toutes les ficelles énergiques du genre.

Malgré quelques petits défauts sur les plus consensuels et déjà entendus ‘Last/Lost Hope’ et ‘Scheme’, Watertank compose avec talent des titres qui ne demandent qu’à exploser sur scène. Ces gars-là ont de l’énergie à revendre, jouent très bien, et portent haut et fort le flambeau d’un rock qui a encore manifestement des arguments de poids. A coup sûr, ‘Destination Unknown’ est un album qui va fédérer jeunes et anciens amateurs de post hardcore en manque de gros son nineties. Efficace.

‘Automatic Reset’, ‘Contrails’, ‘Doomed Drifters’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire