Wangtone – « Wang Lei Meets High Tone »

Wang Lei Meets High Tone[Album]
21/11/2005
(Jarring Effects/Pias)

Après la rencontre Kaly/High Tone sous le nom de Kaltone, c’est Wang Lei que les lyonnais croisent sur leur route. Wang Lei?: un chinois, valeur montante de l’electro locale, rencontré lors de leur passage en Chine et avide de faire découvrir son talent en Occident. Chose qu’il a récemment faite en sortant son premier album chez Expressillon. Rencontre scénique donc, qui aboutit sur une commande de création live de la part des Eurockéennes, mais aussi sur disque avec le logiquement nommé Wangtone. Huit titres pour la partie audio, quatre morceaux live, deux clips et des photos pour la partie vidéo

C’est un peu comme si on avait été du voyage. On se laisse prendre par cette ambiance froide et minimale, née de la suite logique du dernier album d’High Tone et de l’influence extrême orientale de Wang Lei. C’est évident sur le premier morceau des lyonnais (« Tchen ») qu’il faut presque considérer comme une intro tant il annonce finement la suite. « Koual » et « Ko », lent et évolutifs, aux couleurs electro hip hop, lancent les hostilités communes, font leur petit effet mais laissent penser que High Tone aurait pu s’affirmer un peu plus face au producteur chinois. En effet, le peu de différence qui s’affiche à l’écoute du long « Bi Ma Wen » de Wang Lei le confirme. Tout cela part donc plutôt bien mais revient alors le bon dicton du « meilleur pour la fin ». Car c’est le combo français, une nouvelle fois très convaincant, qui conclut cette galette avec trois très bons morceaux redonnant un peu de chaleur au tout. « Ballistik Affair » est très certainement un des meilleurs morceaux qu’on ait pu entendre de High Tone, réunissant tous les bons ingrédients du dub capable de vous transporter: rythme enjoué, basse pachydermique, relief, et samples efficaces. « Slide », bien que valant le détour, peine à l’égaler, contrairement à « K’An », titre évolutif, mélancolique, posé mais oppressant, sur lequel s’achève ce partage discographique. Les plus curieux, et ils auront raison, pourront ensuite s’assouvir sur un DVD imageant trois des morceaux du disque agrémentés de « Moskito », deux clips (« Afraid Of Nothing », « Larsen ») et quelques photos de la tournée en Chine

Le dub est une musique ouverte, pouvant accueillir des collaborations d’origines musicales diverses. Alors ce n’est certainement pas une différence de culture qui viendra noircir le tableau. L’intégration de Wang Lei dans l’univers d’High Tone apparaissait même comme évidente après coup. C’est ce que souligne Wangtone, un de ces « side projects » dont la scène française aime de temps en temps nous offrir. Nous qui commencions à penser que le genre tournait en rond…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire