VvvV – ‘VvvV’

VvvV – ‘VvvV’

Album / Detonic – A Tant Rêver du Roi / 04.11.2016
Synth-wave

Si Bordeaux a récemment été élue la ville la plus tendance au Monde, pas sûr que VvvV y soit vraiment pour quelque chose. Juppé non plus, mais c’est un tout autre débat. En effet, loin des hauteurs du Pila attirant chaque week end les bourgeois bohèmes de la ville fuyant l’oppression ‘insoutenable’ de leur bitume quotidien, deux mecs du coin ont préféré s’enfermer et laisser libre cours à leurs inspirations les plus dark. VvvV – prononcez ça comme vous voulez, ce sera toujours plus difficile que A-ha, FFF ou Tété – enfonce donc le clou, déjà planté par un Ep et un single annonciateur d’une synth-wave à l’opacité aussi malsaine qu’addictive (‘Clean’), ici conjuguée au fil des neuf titres de ce premier album. Une sorcellerie signée par d’anciens Year Of No Light et Aeroflot qui forcent sadiquement l’indus, la pop, le punk, le krautrock, l’électro à copuler jusqu’à ce qu’ils enfantent de cafards bodybuildés, capables de survivre à la plus terrible des apocalypses, des fois qu’il y en ait plusieurs. Dansant et habité (‘Like’ aux réminiscences eighties), venimeux et hypnotique (‘Your Life’, ‘Alive’), véhément (‘Nation’), souvent frappé de mélodies échappées d’un organiste profane (‘Slugs’ ou ‘The Beast’), VvvV a beau ne rien inventer, il n’en bégaie pas moins son registre. A consommer sans modération, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

‘Like’, ‘Slugs’, ‘Clean’, ‘The Beast’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.