Vesuvio Solo – ‘Don’t Leave Me In The Dark’

Vesuvio Solo – ‘Don’t Leave Me In The Dark’

Album / Atelier Ciseaux / 27.09.2016
Rock raffiné

Derrière Vesuvio Solo, se cachent quatre Montréalais aux cœurs lourds et à la sensibilité fortement accentuée par les ruptures et les requêtes déchirantes auxquelles ils ont du faire face durant des années. Aujourd’hui, après une nouvelle demande infructueuse, ils reviennent avec un deuxième album plein de finesse et d’éclats 80’s qui subliment leurs douces complaintes.

Centré autour d’une lointaine amitié entre Thom Gillies et Cameron Mac Lean qui se connaissent depuis les bancs du lycée, Vesuvio Solo s’empare de tous les instruments possibles pour donner corps à son rock subtil qui emprunte aussi bien à Prefab Sprout que Gene Doherty. Tout en retenue (‘Mirror Held to The Flower’), le propos se forme petit à petit, dans des cuivres (le saxo de ‘Night Drive’), un piano indolent (‘Guardian’) ou dans une conclusion aux soubresauts jazz (‘Nimbus’).

Au bout des 26 minutes qui composent ‘Don’t Leave Me In The Dark’, on est pris au cœur par la densité et la délicatesse avec lesquelles le quatuor canadien s’empare de ses petites pièces de musique, pour les acheminer vers un idéal gracieux, là ou la mélancolie de leurs sentiments trouvent dans les années 80 un exutoire paisible ou s’épancher et se reconstruire morceau après morceau.

‘Don’t Leave Me In The Dark’, ‘Night Drive’, ‘Guardian’, ‘Memory Loss’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.