Versus The World – « s/t 63 »

s/t[Album]
27/09/2005
(Kung Fu/Import)

L’habit ne fait pas le moine. Derrière cette hideuse pochette se cache le premier album très convaincant de Versus The World, combo californien formé du bassiste de The Ataris et de trois fans de longue date dont le batteur d’Antifreeze. Le quatuor s’est monté suite à quelques showcases des premiers, s’est vite révélé comme un groupe prometteur et Joe Escalante, big boss de Kung Fu Records, ne les verra qu’une seule fois sur scène avant de décider de les signer sur le champ. A l’écoute de ce premier opus, on ne lui enlèvera pas son flair. Car Versus The World balance un émo/punk très bien exécuté, sans aucune fausse note, et bourré de titres accrocheurs comme on aime que le genre en distribue. Dés les premières intonations de « Is There No End », difficile de ne pas penser à Matt Skiba des Alkaline Trio mais très vite la ressemblance passe au second plan et laisse entrevoir un répertoire certes pas plus original qu’un autre, mais clairement assez solide pour ne tomber ni dans un pauvre dérivé de leurs précédents groupes respectifs (même si on retrouve « In Spite Of The World, reprise des Ataris), ni dans le plagiat, ni dans le putassier, choses quand même très récurrentes au sein de cette scène. Non, Versus The World est sincère, préfère les titres mid tempo, chers à Jimmy Eat World entre autre, joue insolemment avec les mélodies pour faire mouche sur chacune des quatorze étapes de ce premier album (« Ghost In The Bottle », « Forgive Me »…). Bien sûr, vous n’apprendrez rien de nouveau ici. Par contre, peu sont capables d’une telle constance dans l’efficacité. Pour cela, Versus The World sera à surveiller à l’avenir…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire