Vast Aire – « Dueces Wild »

Dueces Wild[Album]
24/06/2008
(IGC Rec/One Records/Import)

A l’instar d’El-P qu’on ne présente plus, notamment pour son travail d’orfèvre sur le « Cold Vein » de Cannibal Ox, Vast Aire a décidé de monter son propre label, certainement persuadé qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. C’est ainsi qu’IGC Rec/One Records voit le jour, et le new yorkais en profite pour nous servir un nouvel album solo, « Dueces Wild », sur lequel il est accompagné d’une flopée de producteurs

L’univers de Vast Aire ne perd en rien son décalage avec un hip hop standard. Son flow ondulé fait toujours des ravages, enroulant les rimes, apportant une puissance contenue mais efficace. L’univers saturé que lui sert Le Parasite sur le premier track « You Know (You Like It) » correspond à ce qu’on attend du Mc de Brooklyn: un côté glacial réchauffé par de puissantes basses. Mais il ne restera pas longtemps sur ce chemin trop attendu puisque quand Pete Rock réunit le duo new-yorkais, Vast Aire et Vordul Mega retrouvent aisément cette entente qui fit l’effet d’une bombe en 2001, et font de « Mecca And The Ox » le titre phare de cet opus

Toutefois, parmi quelques producteurs confirmés, il n’hésite pas à donner sa chance à Melodious Monk, un ami d’enfance resté inconnu à ce jour mais au talent indéniable. Les très bons « Take Two », « The Man Without Fear », « Back 2 Basics » ou « Graveyard Shift » en témoignent, et inspirent visiblement Vast Aire, à tel point que certains titres revêtent un caractère autobiographique peu habituel chez lui. On ressent ainsi l’importance de cet album, entre autres via l’énergie qu’il y met et qui ne peut pas laisser insensible. Mais il n’oublie par pour autant de soulager son auditoire avec « Shu » (produit par Thanos), apaisant au milieu de la déferlante sonore qui ne cesse de nous ensevelir

Au final, on retrouve les ingrédients qui font de son univers un monde en perpétuelle évolution, mais gardant cette touche inimitable qu’on retrouve chaque fois avec un plaisir grandissant. Consistant, comme toujours original, Vast Aire domine son sujet et offre une belle vitrine à son label. En amenant un côté plus introspectif, plus personnel, il amène une touche de sensibilité qui saura faire l’unanimité. Dés lors, ne reste plus qu’à lui souhaiter de refaire, à l’avenir, les mêmes excellents choix que ceux qui font de ce « Dueces Wild » un des meilleurs albums de 2008

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire