Various Artists – « Drive (OST) »

drive180Album
(Record Makers)
10/10/2011
Electro

La B.O. de l’un des meilleurs films de l’année doit forcément passer par ces pages. D’autant plus qu’elle sort chez Record Makers, label discret mais qui prend un certain plaisir à surprendre à chacune de ses rares sorties. Le réalisateur danois Nicolas Winding Refn (également auteur des non-conventionnels « Bronson » et « Valhalla Rising ») confie donc sa bande originale à la structure française qui, les bras grands ouverts, ne demande pas mieux que d’accueillir Cliff Martinez dans ses rangs le temps d’un film. Record Makers y met aussi sa touche perso en se permettant d’introduire le film avec la dernière folie love-pop de Kavinsky (« Nightcall »), sucrerie romantique à la Sébastien Tellier mais sans la barbe, qui contrebalance le côté sombre du film, au même titre que cette chanson guimauve de College. Des ambiances contrastées où le double métier du héros (cascadeur le jour, chauffeur pour malfaiteurs la nuit) n’est qu’un prétexte pour dérouler une histoire d’amour, de chasse à l’homme et de vengeance sanglante. Un film contemplatif entrecoupé de scènes d’extrême violence, et rythmé à la fois par le disco étouffé de Desire, la lenteur pesante du « Tick Of The Clock » de Chromatics, et l’ambient de Cliff Martinez, ce compositeur qui, rappelez-vous en 2002, sauvait « Solaris » de Steven Soderbergh grâce à une musique magistrale. Difficiles à écouter hors du contexte du grand écran (voire sans intérêt), les épaisses nappes dessinées par cet ancien batteur des Red Hot Chili Peppers reconverti aident à se remémorer les meilleurs scènes du film à coup de rêveries ambient, notes de synthé luminescentes, noirceur mélodique et plages presque silencieuses. Une fois n’est pas coutume, avec un prix de la mise en scène au festival de Cannes 2011 vérifié et approuvé par l’audience, le choix de la bande-son mérite bien son pourcentage…

Disponible sur
itunes19

À lire ou écouter également:

Une réponse à Various Artists – « Drive (OST) »

  1. alan smithee 17 octobre 2011 à 21 h 06 min #

    c’est pas édité chez lakeshore records plutôt?

Laisser un commentaire