Various Artists – « Black Slavery Days »

Black Slavery Days[Album]
01/12/2003
(Honest Jons/Import)

Ocho Rios se trouve en Jamaïque. Burning Spear est originaire d’Ocho Rios. Les groupes Arrows, Skulls, T.S.O.S.A, Mercenarys, Clappers All Stars et The Original Survivors aussi. Que de coincidences heureuses pour faire d’un album inconnu une des perles du reggae. Le label anglais Honest Jons (entretenu en partie par Damon Albarn, leader du groupe Blur et chanteur de Gorillaz) se spécialise depuis quelques temps dans la réédition d’albums introuvables et magnifiques. Alors pour commencer : merci à Honest Jons Records de nous offrir un des albums piliers du roots reggae des années 70

« Black Slavery Days » (sorti a l’origine sur le label américain Clappers) est signé en 1975 par Jack Ruby, producteur de « Marcus Garvey », « Garvey Ghost » et « Man In The Hills » de Burning Spear. Un point fort pour enregistrer ces différents groupes (ayant travaillé précédemment avec Spear, on retrouve même ici son frère, Elias Rodney) aux chansons rastas engagées. Les musiciens présents ont assuré les plus grands succès yardis : Vin Gordon, Bobbie Ellis, Leroy « Horsemouth » Wallace, Robbie Shakespeare, Augustus Pablo, Tony Chin, Earl Chinna Smith et j’en passe! L’album se compose de 10 morceaux (dont 5 dubs). Chaque titre est un bijou comme on n’en fait plus, qui nous replonge dans l’atmosphère moite et torride de l’île Caribéenne

On se demande pourquoi un tel album n’a jamais vraiment pu exister au sein de l’industrie du reggae. Peut-être aurait-il fait de l’ombre à Winston Rodney à cause de sa troublante ressemblance (cela n’ayant rien d’étonnant, à la vue des auteurs)? En tout cas, quand un succès phonographique comme celui-ci sort de l’ombre, nous ne saurons être médisants, préférant ainsi goûter au paradis autant que possible. Aux Sound Sytems de faire vibrer les dancehalls maintenant, rattrapons vite le temps perdu ! Un chef d’oeuvre peu commun !

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire