Troy Von Balthazar – ‘Knights of Something’

Album / Vicious Circle / 01.04.2016
Indie folk / lo-fi

Voilà quinze ans que le leader de Chokebore officie en solo, qu’il nous raconte à sa manière ses déboires, ses anecdotes romantiques et ses questionnements personnels. Son nouvel album ‘Knights of Something’, dans la droite lignée de ses prédécesseurs, ne déroge pas à la règle. Ici, pas de hasard ou de trouvailles accidentelles. Fidèle à lui même, Troy Von Balthazar nous livre treize titres touchants et fragiles, bricolés avec finesse par ce multi-instrumentiste que l’on sait habité d’un spleen sans égal, maladif diront même certains.

Les ombres d’Elliot Smith et de Mark Linkous (voire de Grandaddy pour certaines sonorités) planent sur ce disque sombre, écorché, mais ô combien honnête. L’hawaïen sait jouer avec nos émotions et nous donner la sensation de vertige, nous mettant parfois mal à l’aise, mais souvent et très justement face à nous mêmes. Une question se pose néanmoins : userait-il un peu trop de cette marque de fabrique devenue la sienne ?

Car si certains titres se révèlent être de véritables pépites (‘Surfer’, ‘Thugs’, ‘Manic High’) voire même de vrais moments bouleversants à vivre (‘Smarter’, ‘Empire Of My Hate’), d’autres s’avèrent beaucoup trop répétitifs (‘We Need You’, ‘Smile’), voire anecdotiques (‘New World Lamb’, ‘Touch Is Meat’). Peu aventureux mais d’une simplicité frisant parfois le sublime, voilà donc comment on pourrait résumer ce ‘Knights of Something’ soulignant une fois de plus tout le talent de Troy Von Balthazar quand il s’agit de nous tirer la larme à l’œil. Reste à finir de le démontrer en montrant un peu plus d’audace.

‘Surfer’, ‘Thugs’, ‘Manic High’, ‘Smarter’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire